Black Badiane !

Comme toutes les couturières, j’achète et je couds surtout des tissus avec de jolis motifs au détriment de tissus basiques pourtant indispensables à une tenue élégante et harmonieuse. Un coup d’œil rapide dans ma garde-robe a confirmé que je manquais de petits hauts basiques. Aucun haut blanc et seulement trois hauts noirs : un Trop-Top noir à manches longues, un tee-shirt Summer Basic noir à manches courtes et un tee-shirt noir à col bénitier à manches courtes ! Il était donc urgent de combler ce manque en cousant des basiques blancs et noirs !

Dans un premier temps, j’ai choisi de coudre 2 hauts, un noir et un blanc, en ciblant mes besoins, soit un haut noir avec des manches 3/4 pour le porter 3 saisons sur 4, ainsi qu’un top à bretelles blanc pour l’été.

J’ai commencé par le noir que je voulais ajusté, féminin et élégant, et opté pour le tee-shirt Badiane de Christelle Beneytout que j’ai déjà cousu plusieurs fois et que j’aime beaucoup porter.

Il s’agit d’un patron gratuit, sorti début 2015, de tee-shirt légèrement ample avec une encolure très féminine proposé avec des manches courtes ou 3/4.

Pour le tissu, c’est le même que celui utilisé pour coudre mon trio de petites jupes en jersey, un jersey de coton noir avec une rétractibilité élevée ce qui rend le tee-shirt plus ajusté.

Pour les manches 3/4, plutôt que de prolonger les manches comme je l’avais fait pour mon Badiane zébré, j’ai posé des bandes de manches comme préconisé dans le patron.

Mon Badiane Black en photos :

Résultat, bien qu’étant basique ce tee-shirt va devenir une pièce maîtresse de ma garde-robe alliant confort, féminité et élégance à porter aussi bien avec un pantalon ou une jupe.

Patron : « Je couds Badiane » de Christelle Beneytout – Taille 40 – Niveau moyennement facile – Patron gratuit (du 32 au 52) avec marges de couture de 0.7 cm comprises.

Fournitures : jersey noir (La Maison d’Ursule) – Élastique transparent Framilastic (renfort couture épaules)

Publicités

Lucette, le cache-cœur !

Après avoir cousu Yvonne le top à bretelles et Erell le tee-shirt Kimono, tous deux issus du livre « Coudre le stretch », je me suis amusée à essayer d’associer un patron aux tissus qui me restaient de mon opération déstockage de jersey.

C’est ainsi que le tee-shirt cache-cœur nommé Lucette est devenu une évidence pour la chute de jersey de mon Plantain fleuri.

Lucette est un cache-cœur à basque (plate, froncée ou plissée) avec ou sans ceinture rapportée. Avec toutes les options proposées (tee-shirt ou robe, différentes basques, longueurs de manches, ceinture ou pas) c’est pas moins de 36 possibilités.

Pour être sûre de mon coup, au lieu de couper mes pièces en double, j’ai étendu mon tissu et décalqué en double mes pièces (manches, basque…). Après j’ai joué à Tétris pendant un certain temps pour faire rentrer les 10 pièces de Lucette dans ma chute, ainsi qu’opter pour des manches 3/4 et une basque courte.

Voici donc ma cinquième réalisation sur les 7 tissus de mon opération déstockage :

Deux versions pour un même tissu : Plantain (version initiale) et Lucette (version déstockage) !

Il me reste 2 tissus à utiliser avec pour projets :

  • un tee-shirt d’été en raison de la taille de la chute
  • une robe printanière bi-colore

Je vous souhaite de passer un Joyeux Noël en famille ! A très bientôt !

Patron : Tee-shirt cache-coeur « Lucette » issu du livre « Coudre le stretch » de Marie Poisson aux Editions La Plage – Taille 40 (du 34 au 52) – Marges de couture de 0.7 cm incluses.

Fourniture : jersey noir à petites fleurs rouges, jaunes, roses (Eurotissu)

 

Un chemisier Trop-Top !

Le thème de septembre du défi « 2016 en Trop-Top » était de coudre un chemisier Trop-Top en suivant ou en s’inspirant d’un tutoriel parmi ceux proposés. Pour ma part, je me suis inspirée de la chemisette d’Ivanne S pour un résultat très différent n’ayant mis ni revers de manches, ni poches, ni col ouvert.

Pour le tissu, j’ai testé une nouveauté chez mon marchand de tissus : un polyester « anti-transpirant » dont le motif fleuri et les couleurs rose et prune, pas encore hivernales, m’ont séduite. Pour les boutons, je n’ai pas eu à en chercher ni à en coudre puisque j’avais dans mon stock des pressions roses pâles qui s’accordaient parfaitement avec mon tissu.

Pour le patron, je suis repartie de celui de ma blouse Trop-Top (déjà modifié) en élargissant les emmanchures, en créant des 1/2 manches, en enlevant les pinces poitrines, en augmentant un peu la longueur et en créant une patte de boutonnage sur le devant. Comme je n’ai pas modifié l’encolure et que celle-ci devait être plus décolletée que le patron de base, j’ai dû renoncer au col ouvert sinon cela aurait été trop indécent !

Ce nouveau chemisier s’accorde parfaitement avec mon gilet Cannelle rose :

Ne vous étonnez pas si votre commentaire ne reçoit pas de réponse rapide ou si je ne publie pas pendant quelques temps, je repars en vacances (sans connexion)… je vous donne rendez-vous vers la mi-octobre ! A bientôt !

Patron : TROP-TOP d’Ivanne S – Version B –  Taille 36/40  – Patron pdf à télécharger Femme (du 32 au 54) ou Fille (du 1 au 12 ans)

Fournitures : polyester anti-transpirant fleuri dans les tons roses et prunes (Eurotissus)

Modifications : pour mon chemisier, je suis partie du patron que j’avais modifié pour coudre ma blouse Trop-Top auquel j’ai de nouveau apporté des modifications :

Modifications initiales pour ma blouse Trop-Top : j’ai redessiné le patron en allongeant la ligne d’épaule, réduisant la longueur des bouts de manches, alignant le bas devant et dos, ajusté l’ensemble sur plusieurs tailles (36/40)

Modifications pour le chemisier Trop-Top : j’ai retiré les pinces poitrines, j’ai élargi les emmanchures, créé des 1/2 manches élargies et ajouté une patte de boutonnage sur le devant.

En retard pour Stockholm !

En retard car le concours organisé par l’Atelier Scämmit autour de son patron la blouse Stockholm était jusqu’au 1er mai ! Stockholm est une blouse à manches 3/4 raglan, avec ou sans volant ainsi que la possibilité de faire une goutte dans le dos et de la prolonger en robe. Elle peut aussi être réalisée en jersey… une version que je ferai sûrement à l’automne.

Après avoir vu plusieurs versions sur le web, j’ai eu envie de m’en coudre une. J’étais partie dans l’idée de la faire en broderie anglaise blanche mais mon marchand de tissu n’en avait pas. Un peu déçue, j’ai cherché une alternative et j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce tissu transparent à fleurs.

Côté technique, cette blouse m’a permis de réaliser mes premières coutures anglaises ce qui était parfait pour le tissu choisi ! Autre première, j’ai aussi expérimenté la couture sans repasser, car la matière de ce beau tissu, floqué de surcroît, ne supporte pas le fer ! Malgré un torchon et le thermostat au minimum, le tissu gondolait ! L’horreur et la frustration de ne pas pouvoir faire des finitions parfaites. Pour couronner le tout, en cours de réalisation, je lis qu’elle taille petit et que les manches sont trop serrées ! Gros stress avant l’essayage final car ma version étant transparente j’ai prévu de porter un top en dessous !

Voici donc ma version de la blouse Stockholm portée ici avec ma jupe châtaigne noire mais qui sera parfaite aussi avec du blanc (ou de la couleur) dès les beaux jours installés !

La basque au bas de la manche, le détail qui féminise cette blouse à manche raglan quelque soit le tissu utilisé !

Patron : Blouse Stockholm de l’Atelier Scämmit (pdf) – Niveau débutant –  Taille 40 (existe du 34 au 48) – marges de couture de 1,2 cm pour coutures anglaises incluses.

Fourniture : tissu blanc transparent floqué fleuri (Eurotissus)

Et encore un Plantain !

Non, non,  en ce moment je ne couds pas que des Plantain ! Je couds aussi des Trop-Top ! : D) !!!

Ce tissu je l’ai acheté il y a presque 1 an, en même temps que le tissu de mon Plantain d’été. Tissu à fleurs, donc forcément coup de cœur ! Mais comme il était un peu trop épais pour en faire un tee-shirt à manches courtes et son coloris plutôt automnal, je l’ai rangé en attendant l’automne.

Et puis il a attendu, attendu… que je me décide à le couper. Le principal obstacle était le choix du patron car le coupon faisait 1 m 80. Je voulais un projet qui utilise l’intégralité du coupon. Dernièrement, j’avais pensé en faire une robe Plantain mais en le ressortant, j’ai constaté qu’il était malheureusement trop fin. Dommage ! Finalement, je me suis lancée en décidant d’en faire un Plantain. Je trouverai bien à utiliser la chute…

Place aux photos :

En théorie, il est identique à mon dernier Plantain mais en pratique pas tout à fait car il est plus fluide et donc le tombé est différent.

Même s’il est plus automnal, je vais le porter ce printemps et ce dès maintenant ! Et à coup sûr, il sera en deuxième semaine du Me Made Mars 2016 !

Patron : Plantain de Deer and Doe – Taille 40 – Niveau débutant – Patron gratuit (du 34 au 46) à télécharger en pdf – avec marges de couture incluses de 1,5 cm.

Fournitures : jersey noir à petites fleurs rouges, jaunes, roses (Eurotissu) – Framilastic (renfort couture épaules)

Un nouveau Plantain !

A la sortie de l’hiver, les nouvelles collections de tissus avec leurs couleurs lumineuses et chaudes sont de véritables tentations ! Quand j’ai vu ce jersey, avec un rouge et un bleu pétants qui allie les fleurs et les pois en même temps, forcément j’ai succombé !

Pour mettre en valeur ce beau tissu, il fallait un patron basique pas trop près du corps. J’ai choisi le Plantain en version manches 3/4 pour en profiter dès maintenant et jusqu’à la fin du printemps.

Le Plantain, c’est le premier tee-shirt que j’ai cousu, il y a un petit peu plus d’un an déjà ! Je me souviens qu’à l’époque, je m’étais creusé la cervelle pour poser ma première bande d’encolure ! Si ce premier était bien réalisé, les finitions intérieures trahissaient la vraie débutante ! Depuis, j’ai perfectionné mes finitions, d’ailleurs hormis l’absence d’étiquette on pourrait presque croire qu’il sort du commerce ! Il n’y a pas que la technique à apprendre en couture, il faut aussi savoir faire de belles finitions !

Place aux photos :

Patron : Plantain de Deer and Doe – Taille 40 – Niveau débutant – Patron gratuit (du 34 au 46) à télécharger en pdf – avec marges de couture incluses de 1,5 cm.

Fournitures : jersey à fleurs et à pois (Eurotissu) – Framilastic (renfort couture épaules)

Kyoto l’imprévue !

Kyoto, c’est le nom d’une robe du dernier La Maison Victor. Dans ce numéro, il y a plusieurs modèles intéressants que je citais dans mon article sur ma blouse Pam. Mais la robe Kyoto n’en faisait pas partie ! Tout simplement parce que je n’avais pas imaginé la coudre un jour !

Oui mais voilà, quand j’ai acheté mes tissus pour ma blouse Pam et ma blouse Trop-Top, j’ai flashé sur un jersey assez épais façon bleu denim avec des roses bleues claires et blanches. « Une nouveauté qui part comme des petits pains » m’a dit le vendeur. Il m’a dit aussi « il est assez épais pour faire une robe ». Une robe avec ce tissu ? Non merci pas pour moi !  J’en ai acheté 1,60m pensant m’en faire un tee-shirt. De retour chez moi, en y regardant de plus près je me suis rendu compte qu’il était très peu extensible (20%) et donc pas très compatible avec le tee-shirt près du corps prévu.

Du coup, j’ai sorti tous mes magazines à la recherche d’un patron utilisant du jersey à faible taux d’élasticité rentrant dans 1,60 m. J’ai remarqué plusieurs modèles de robes et mon choix c’est porté sur la robe Kyoto. Un pari osé car je n’étais pas vraiment sûre d’avoir la silhouette pour porter ce genre de robe près du corps et j’avais un doute sur le dos ouvert…

Pour la taille, je suis partie pour un 38 partout mais j’ai un peu rogné sur les marges au niveau des hanches et le haut des cuisses (couture à 0,5 au lieu de 1 cm). J’ai rallongé de quelques centimètres (5 je crois) le bas de la robe et je n’ai fait qu’un petit ourlet.

J’ai taillé la bande d’encolure comme sur le patron mais j’aurai dû faire des calculs pour définir la longueur en fonction de l’élasticité car au final ça baillait beaucoup et j’ai dû ajuster en enlevant plusieurs centimètres de chaque côté.

Pour calculer la longueur d’une bande d’encolure selon l’élasticité du jersey, il faut mesurer le tour de l’encolure du tee-shirt où sera posé la bande d’encolure et calculer le taux d’élasticité du tissu.

Pour connaître le taux d’élasticité, on positionne le tissu sur une règle, l’extrémité sur 0 que l’on tient et on prend le tissu à 10 cm et on étire. Si cela s’étire jusqu’à 12, 13 ou 14 cm c’est que le taux d’élasticité est respectivement de 20, 30 ou 40%.

Pour un taux de 20 à 30 %, il faut multiplier la longueur de l’encolure par 0.85 (et par 0.70 pour 40 à 50% d’élasticité).

La difficulté a été de placer les parties du dos. Fallait-il suivre les repères indiqués sur le patron ou adapter à ma morphologie ? Ma maman m’a aidé à les positionner mais je dois dire que c’est assez rageant de ne pas voir ! En définitive, cela correspond à peu près aux repères initiaux. Comme je l’avais prévu, le dos ne reste pas en place et a tendance à s’ouvrir, pour remédier à ce problème j’ai donc placé 2 boutons pressions pour le maintenir. Là encore, il m’a fallu de l’aide.

Place aux photos :

Patron : Robe « Kyoto » du magazine La maison Victor – Édition 1 / janv-fév 2016 – Niveau intermédiaire – Taille 38 (existe du 34 au 56) avec marges de couture non comprises de 1 cm.

Fourniture : Jersey épais et peu extensible (20% d’élasticité) imprimé bleu denim avec des roses bleues et blanches (Eurotissu) et 2 boutons pressions bleu jean.