Une journée sans viande !

Pour changer, aujourd’hui je vous parle d’un livre de recettes ! Mais un livre de recettes pas comme les autres, comme son nom l’indique, les recettes sont « sans viande ». On pourrait croire que c’est un livre pour végétariens ou végans, mais pas du tout, il est bien destiné aux omnivores.

Outre Manche ce livre s’appelle « Meat Free Monday » (il est paru aussi en France sous la traduction « Lundi sans viande »). A l’origine, il y a l’opération « Un jour sans viande » lancée par Paul McCartney et ses filles Stella & Mary en juin 2009 au Royaume Uni. Par la suite, ils ont sollicité leurs amis célèbres (Jamie Oliver, Emma Thompson…) ou pas en leur demandant de partager leurs recettes sans viande pour la publication de ce livre.

C’est en prenant conscience des effets néfastes des élevages sur l’environnement qu’ils ont décidé d’agir, de faire passer un message et d’essayer de changer les choses. L’idée d’une journée sans viande semble un défi facilement réalisable et accessible à tous dont chaque petit geste compte et s’additionne aux autres. Si la diminution sur les gaz à effet de serre reste abstraite bien que réelle, l’économie d’eau, elle, est quantifiable. Produire un steak nécessite près de 3 000 litres d’eau donc ne pas manger un steak par semaine pendant 1 an dans une famille de 4 représente une économie d’eau de 624 000 litres d’eau sur l’année. Quand on sait que les ressources en eau ne sont pas inépuisables !

Les 52 semaines sont réparties en 4 saisons, pour chacune d’elles, il est proposé :

  • un petit déjeuner
  • un repas à emporter
  • un déjeuner
  • un accompagnement ou un en-cas
  • un dîner
  • un dessert

S’il y a peu de recettes photographiées, chaque double page (2 doubles pages par semaine) comporte une page de recettes et une page de photo, ce qui en fait un beau livre de recettes à feuilleter !

Lentilles du Puy et poivrons rouges rôtis au chèvre, Tarte fine aux petits légumes, Chaussons aux épinards et aux poivrons, Polenta aux champignons et au mascarpone, Samossas aux petits pois et pommes de terre, Röstis aux champignons et œuf poché, Burger de lentilles, pois chiches, cheddar et  oignons, Tajine de pois chiches à la harissa,

Cela donne envie non ?

Pour ma part, je remplis déjà le contrat puisque, je cuisine et mange largement plus que 2 repas sans viande par semaine. Certains sont avec une quantité très limitée de viande (pommes de terre au four façon tartiflette avec 100g de lardons pour 4) et d’autres sont carrément sans viande (tarte à la ratatouille, gratin de courgette au chèvre, pizza baguette,  soufflé au fromage…). Outre le fait de préserver ses artères, manger moins de viande permet de manger de la viande de meilleure qualité, bien meilleure gustativement mais élévée dans un meilleur respect de l’animal (poulet élévé en plein air plutôt qu’en batterie). Mon objectif est de cuisiner moins de viande et surtout de transmettre à mes enfants une culture culinaire sans viande.

Notre alimentation moderne centrée sur la viande a recours à l’élevage industriel intensif  mais aussi à la monoculture intensive qui provoque déforestation, appauvrissement des sols, disparition des cultures vivrières des populations locales… afin de nourrir le bétail que l’on mange. Face à la croissance démographique mondiale, à l’introduction de viande dans les repas des pays en voie de développement, à la diminution des terres cultivables et des ressources naturelles, la terre ne pourra pas nourrir toute la population mondiale avec des repas carnés mais par contre elle est tout à fait capable de nourrir des milliards d’êtres humains se nourrissant principalement de végétaux et de céréales. Donc manger moins de viande peut préserver la santé, la planète et nourrir l’humanité.

Ce n’est pas si facile de changer ses habitudes car la viande est l’élément central du repas autour duquel on articule l’accompagnement, l’entrée et le dessert. On peut très vite avoir l’impression d’un manque. Pour cuisiner sans viande, il faut donc utiliser d’autres codes qu’un repas avec viande pour ne pas avoir l’impression de ne manger que l’accompagnement et ne pas penser ou entendre « elle est où la viande ? » ou encore « y a pas de viande ? » ce qui pourrait arriver avec un assiette de pâte au beurre et un peu de gruyère râpé mais pas avec un gratin de pâtes aux fromages.

Précédé d’une entrée colorée et clôturé d’un dessert qui sort de l’ordinaire, un plat sans viande devrait remporter un franc succès !

Ce que j’aime dans ce livre :

  • les ingrédients sont ceux que l’on utilise d’habitude et non des produits spécifiques pour les végétariens
  • les recettes peuvent être déclinées à d’autres parfums

En résumé, ce livre ouvre une porte sur un monde culinaire alternatif savoureux et coloré, bon pour la santé et notre planète !

« Une journée sans viande » – Livre de recettes collectif

Paru aux Editions de La Martinière en 2012 – 240 pages

Publicités

Pâtisserie, Chocolat et Gâteaux de Christophe Felder

« Pâtisserie », « Chocolat » et « Gâteaux » : 3 beaux-livres de Christophe Felder à offrir ou à se faire offrir à Noël ! Petite revue en détail avec mon avis pour chacun d’eux et mon choix final pour savoir s’ils sont sur ma liste de Noël.

  • « Pâtisserie ! » :

Paru en 2010, c’est le best-seller de la pâtisserie qui a été vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires à travers le monde. 9 livres sont regroupés dans ce pavé de 800 pages. C’est 210 recettes en pas en pas avec photos pour chaque étape soit 3 200 photos.

  • Les pâtes et les tartes
  • Les crèmes
  • La décoration
  • Les gâteaux classiques
  • Les chocolats et petites bouchées
  • Les gâteaux de l’avent
  • Les macarons
  • Les brioches et les viennoiseries
  • Les mignardises

« PÂTISSERIE » de Christophe Felder aux Editions de La Martinière – 2010 – 800 pages – 40 €

Mon avis : C’est la bible du pâtissier amateur débutant ou confirmé ! Le premier réussira à coup sûr ses desserts et épatera ses proches en suivant pas à pas les étapes détaillées photos à l’appui. Le second y puisera les bases pour ses propres créations. A ma connaissance, ce livre n’a pas d’équivalent ! Indispensable ! Je l’ai bien sûr dans ma bibliothèque !

  • « Chocolat » :

Paru en 2012, ce livre propose 200 recettes inédites ou classiques revisitées autour du chocolat et une vingtaine de pas à pas. Pour apprendre à bien choisir, cuire et travailler le chocolat mais aussi à l’associer avec d’autres saveurs classiques (menthe, framboise…) ou exotiques (coriandre, bergamote…).

  • Tartes
  • Crèmes
  • Mousses
  • Gâteaux
  • Mignardises
  • Boissons
  • Décors…

« CHOCOLAT » de Christophe Felder aux Editions de La Martinière – 2012 – 400 pages – 35 €

Mon avis : Plus thématique que « Pâtisserie », ce beau-livre réjouira les amateurs de chocolat. Un livre à la portée de tous grâce à des explications détaillées et des ingrédients qui se trouvent facilement. Sur le même thème, il y a aussi l’ « Encyclopédie du Chocolat » de l’école du grand chocolat Valrhona chez Flammarion.

  • « Gâteaux » :

Paru en 2015, c’est le dernier Felder. Classé beau-livre grâce au travail de Laurent Fau (photographe attitré de Pierre Hermé), il propose 150 recettes de petits et gros gâteaux classiques revisités et corrigés par Christophe Felder. Toutes les régions françaises et leur(s) spécialité(s) sont mises à l’honneur.

  • Cannelés de Bordeaux
  • Gaufres
  • Biscuit aux noix
  • Macaron à la violette de Toulouse
  • Pont neuf
  • Conversation aux myrtilles sauvages
  • Pain d’épice à l’ancienne
  • Saint-Honoré
  • Tarte cerises streusel
  • Gâteau bonbon

« GÂTEAUX » de Christophe Felder aux Editions de La Martinière – 2015 – 400 pages – 35 €

Mon avis : Contrairement à « Pâtisserie !  » et à « Chocolat », ce n’est pas un livre de leçons mais un livre de recettes donc destiné aux pâtissiers amateurs qui n’ont pas besoin d’être guidés pas à pas, à la recherche de classiques revisités par un grand nom de la pâtisserie. L’éventail des recettes est très large avec des recettes faciles (gaufres, biscuits…) et des gâteaux plus complexes à réaliser (Saint-Honoré…) pour plaire au plus grand nombre. Des livres équivalents existent mais la pédagogie de Christophe Felder et ses ingrédients de ménagères le placeront en tête des valeurs sûres et accessibles.

S’il ne faut en choisir qu’un c’est bien sûr l’incontournable « Pâtisserie » ! En deuxième, je placerais « Chocolat » bien que je pencherai personnellement pour l’encyclopédie du Chocolat. Enfin, j’ai feuilleté « Gâteaux » en librairie mais je ne l’ai pas mis sur ma liste au Père Noël car il ne correspond pas aux recettes que je recherche. En résumé, je vous conseille d’acheter Pâtisserie les yeux fermés, de comparer les 2 livres sur le chocolat et de vous faire votre propre avis sur les Gâteaux.


Vous n’avez pas trouvé comment laisser un p’tit com… il suffit de cliquer sur le cœur à droite du titre de l’article !