L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puértolas

Avec sa couverture jaune, son logo bleu du célèbre marchand de meubles suédois et son titre à rallonge ce livre en tête de gondole a attiré mon regard pendant des mois. Intriguée, je l’ai feuilleté, lu un passage. Verdict : roman de type humoristique et écriture moderne (comprendre langage courant) qui ne mérite pas que je m’y attarde !

Et puis un jour, je le reçois en cadeau !  Avec un « tu verras c’est drôle » !

Je commence donc à le lire avec un  petit a priori négatif ! Et bien, avant d’avoir refermé le livre j’avais changé d’avis ! Effectivement, ce n’est pas mon style de lecture mais je ne regrette pas de l’avoir lu car j’ai passé un bon moment et élargi mon horizon littéraire.

Dans un style résolument moderne, Romain Puértolas décrit ce qu’il voit avec justesse, distille au fil des pages de nombreux jeux de mots, références et nous offre une bonne analyse sociétale et une vision très réaliste du monde dans lequel nous vivons. C’est un roman structuré avec un fil rouge qui forme une boucle.

Sans un sou en poche mais avec quelques tours de passe passe, un véritable fakir du Rajasthan est venu en France acheter un lit à clous chez Ikéa. Un aller-retour de 2 jours qui se transforme en périple involontaire à travers l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, la Libye pour finir à nouveau en France au cours duquel il rencontre des gitans, des clandestins, une célibataire, une star de cinéma… Au fil de son voyage et de ses rencontres, cet arnaqueur décide de devenir quelqu’un de bien ! Il découvre que donner peut procurer plus de bonheur que recevoir et que celui-ci n’est pas proportionnel au don.

Sans prétention ni perfection, cette fable rocambolesque (ou conte philosophique) est agréable à lire, fluide, drôle, originale et bien imaginée pour nous faire passer un bon moment.

Attention, tout de même car ce livre est très controversé ! On aime ou on déteste ! Tout dépend de ce qu’on en attend, de nos habitudes littéraires et surtout de notre état d’esprit au moment où on le lit. Un livre c’est comme un film, parfois lorsque la critique est trop bonne, on s’attend à quelque chose d’extraordinaire et forcément on est déçu ou a contrario lorsqu’on s’attend à être déçu on apprécie. Mon conseil : empruntez le et si au bout de 50 pages, vous n’avez pas accroché abandonnez !

« L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa » de Romain Puértolas

Roman aux Editions Le dilettante paru en 2013 – 253 pages