Chemisier Elsa !

Comme j’achète principalement mes tissus dans les magasins de tissus proches de chez moi, quand je vois un tissu qui me plait je me laisse le temps de réfléchir au patron qui lui conviendrait le mieux avant de retourner acheter le métrage nécessaire. Je trouve qu’ainsi les risques de gonfler le stock en attendant de trouver le patron idéal sont réduits !

Avec ce tissu fin, fluide et ses couleurs pétantes, l’association c’est faite naturellement vers un chemisier à manches longues pour le printemps. N’étant pas une inconditionnelle de la chemise, je n’avais pas de patron indépendant de chemise seulement des patrons magazines.

Après avoir exclu d’office les patrons Ottobre design pour l’absence de schémas et d’explications claires lorsque l’on a pas encore acquis la technique nécessaire, il ne restait qu’un unique patron de chemise en ma possession avec un pas à pas : le chemisier Elsa du magazine La Maison Victor.

Un rapide coup d’œil sur les réalisations de ce chemisier a vite indiqué ma préférence pour les réalisations où la patte de boutonnage avait été modifiée. Initialement prévu avec une patte de boutonnage invisible (boutons cachés), il suffit de recopier deux fois la partie gauche (jusqu’au trait avec le ciseau) pour obtenir une patte de boutonnage visible (boutons apparents).

La réalisation s’est déroulée sans accrocs, sans doute parce que j’ai pris soin de visionner des vidéos avant chaque points techniques délicats tels que assembler l’empiècement dos pris en sandwich, assembler le col, coudre les fentes indéchirables.

Bien guidée, la couture d’une chemise n’est pas si compliquée !

Le patron prévoit de réaliser des boutonnières et de coudre des boutons mais j’ai opté pour des boutons pressions noires. Je suis une inconditionnelle des boutons pressions plus facile à trouver et à assortir au tissu quand il n’a y a pas de mercerie digne de ce nom proche de chez nous.

Je n’ai pas posé de bouton tout en haut car je ne compte pas porter ce chemisier entièrement boutonné. J’ai hésité à poser un dernier bouton tout en bas… à voir si je le rajoute à l’usage.

J’avais lu que les bracelets de manches étaient jugés trop petits. Je pensais qu’il s’agissait de la hauteur mais en fait par trop petit il fallait comprendre trop serré. J’ai posé les boutons le plus au bord possible pour être à l’aise et pourtant je n’ai pas de gros poignets.

Place aux photos :

couture chemisier Elsa La Maison Victor pied de col col de chemise manchettes bracelets de chemise

couture chemisier Elsa La Maison Victor

couture chemisier Elsa La Maison Victor

Ce fût une bonne expérience qui m’a donné envie de coudre à nouveau une chemise ou une robe chemise ! Enfin pas tout de suite car ma liste de projets à coudre est déjà supérieure à ce que je vais pouvoir coudre !

Patron : Chemisier « Elsa » du magazine La Maison Victor – édition 5 – sep-oct 2016 – niveau 2/4 – Taille 38 (existe du 30 au 56)

Fournitures : Tissu chaîne et trame vert à motifs feuilles  (Eurotissus) – Boutons pressions plastiques  Ø 12 mm – Entoilage thermocollant (pied de col, pattes de boutonnage et bracelets de manches)

Modification : Suppression de la pâte de boutonnage invisible (boutons cachés) pour une pâte de boutonnage apparente (boutons visibles)

Datura version manches longues !

A l’entrée de l’hiver, j’ai eu un coup de cœur pour un tissu plein de peps avec l’idée d’y coudre une blouse. La blouse Pam de La Maison Victor élégante et confortable me tentait bien mais j’en avais déjà cousu 2 versions pour moi (ici et ). Il y avait aussi la blouse Datura avec son dos boutonné, son col Claudine et sa forme liquette qui me plaisait beaucoup mais c’est une blouse sans manches !

J’ai donc fait un mix des 2 patrons en conservant le bas et le col Claudine de la Datura, en mixant les deux hauts tout en conservant les emmanchures de la Pam pour y coudre les manches de celle-ci.

J’ai choisi de faire la partie haute dans un tissu contrastant pour bien faire ressortir le col Claudine. Mon choix s’est d’abord porté sur une dentelle orange contenant de l’élasthanne. Malheureusement, une fois cousue, ma blouse n’était pas portable … la dentelle laissait trop entrevoir mon soutien-gorge ! Je n’avais pas anticipé ce problème pourtant bien visible, après coup, en regardant d’autres réalisations ! J’ai ragé, cherché des solutions et mis de côté ce flop !

C’est en faisant le tri dans mes tissus et chutes que j’ai trouvé la solution, remplacer la dentelle par un jersey violet du stock. Il a tout de même fallu découdre les 2 pièces hautes du bas, des manches et du col, puis tout recoudre mais au final j’ai sauvé ma blouse !

Si c’était à refaire, je pense que je partirai du patron de la blouse Pam en y apportant les modifications nécessaires pour y inclure les éléments de la Datura.

Place aux photos :

Blouse datura deer end doe Ma cabane en Alaska

Blouse Datura Deer and Doe

Blouse Datura Deer and Doe

Patron : Blouse « Datura » de Deer and Doe – Taille 40 – Niveau intermédiaire – Patron disponible en pochette (du 34 au 46) ou en pdf (du 34 au 52) – Marges de couture de 1 cm comprises.

Modifications : Partie haute modifiée pour y inclure les emmanchures et les manches de la blouse « Pam » de La Maison Victor.

Fournitures : Tissu orange à motifs arabesque (Tissus des Ursules) – Jersey violet (Eurotissus) – Thermocollant (col et patte de boutonnage) – Boutons pression

Monceau version cocooning !

Voilà un patron qui aura attendu longtemps ! Acheté l’été 2015, le patron Courcelles Monceau de Cozy Little World a attendu plus d’un an et demi que je trouve du tissu à sweat. Dans les magasins de tissus autour de chez moi, il est soit gratté une seule face soit trop fin… et  sur internet pas facile de se faire une idée.

J’ai profité d’une commande chez Rascol pour essayer leur sweat qui avait de bonnes appréciations.  A réception, j’ai été agréablement surprise, c’est un sweat biface pouvant être utilisé côté sweat ou côté tout doux en fausse fourrure. Epais et assez lourd, ce molleton à sweat convenait parfaitement pour tester le patron du gilet Monceau.

Le patron Courcelles Monceau se compose de deux patrons :

  • un sweat à réaliser en molleton avec une bande de hanches et des bracelets de manches,
  • un gilet ou une veste à réaliser respectivement en molleton ou en tissu chaîne et trame.

Dès le départ, je savais que ma version serait sans boutons ni pressions avec des revers de manches en fausse fourrure. Ensuite, vu l’épaisseur du sweat et son côté réversible, j’ai décidé de ne pas faire de parmenture. J’ai hésité sur la longueur à faire (courte ou normale) et j’ai opté pour normale pour avoir bien chaud.

Voici donc les modifications/options que j’ai apportées par rapport au modèle de base :

  • Je n’ai pas enlevé la partie destinée à la patte de boutonnage bien que je n’avais pas prévu de mettre des boutons, je l’ai voulu plus grand pour m’envelopper dedans et que les coins retombent.
  • J’ai prolongé le patron sweat comme indiqué pour faire le gilet mais je n’ai pas ajouté les marges d’ourlets, trouvant la version normale déjà assez longue (j’aime porter des vestes courtes).
  • Je n’ai pas ajouté non plus les marges d’ourlets aux manches les trouvant déjà suffisamment longues pour pouvoir les retourner.
  • J’ai posé un biais noir tout autour du gilet, même aux manches bien qu’il ne soit pas visible. J’ai choisi un biais satiné pour rehausser le sweat mat et lui donner un côté chic.

Le 40 est un peu grand, surtout au niveau des épaules, la lourdeur de mon molleton y est pour quelque chose. A refaire donc en 38 et un 40 devrait suffire pour la version chaîne et trame.

Place aux photos, porté avec ma dernière blouse Pam pour un ensemble chic, chaud et confortable !

Fanny la créatrice propose un tuto pour faire des fentes sur le côté du gilet et un autre pour doubler la veste (version chaîne et trame).

Le gilet Monceau a été décliné depuis en version Baby Monceau (3 mois au 4 ans) et Mini Monceau (5 ans au 14 ans).

Patron : Gilet Monceau/Sweat Courcelles de Cosy Little World (pdf) – Niveau débutant – Taille 40 (existe du 36 au 44)

Fournitures : Sweat noir (Rascol), biais satiné noir (Mondial Tissu)

Modifications : pas de parmenture ni de boutons, pas de marge d’ourlet (bas devant et dos et manches), pose d’un biais tout autour.

Et Pam, un troisième coup de cœur !

Lorsque j’ai vu ce tissu noir à l’aspect soyeux avec des fleurs aux couleurs lumineuses dans les tons bleu et moutarde, j’ai tout de suite vu une blouse Pam.

Issue du magazine La Maison Victor de Janvier-Février 2016, cette blouse a été mon coup de cœur en janvier 2016.

Je l’ai cousu une première fois pour moi dans un tissu bordeaux avec des libellules blanches, une deuxième fois pour ma maman dans un tissu léger et fluide parme à petites croix noires.

C’est une petite blouse toute simple avec une encolure légèrement décolletée qui se ferme avec des liens, rapide et facile à coudre. La seule difficulté pour les débutantes réside dans la pointe du décolleté.

Place aux photos :

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SDC10965b.jpg

Et cerise sur le gâteau, au premier lavage après avoir suspendu ma blouse sur un cintre pour sécher, j’ai découvert qu’elle ne nécessitait aucun repassage !

Patron : Top « Pam » du magazine La maison Victor – Édition 1 / janv-fév 2016 – Niveau débutant – Taille 38 (existe du 34 au 56)

Fourniture : viscose noire avec des fleurs dans les tons de bleu et moutarde (La Maison d’Ursule)

Une robe pour attendre le printemps !

Cette robe, c’est d’abord une histoire de tissu, une maille tricot légère et synthétique dans les tons bleu marine et blanc avec une touche de rouge. Repéré une première fois, oublié, revu une deuxième fois et enfin acheté après avoir trouver le patron pour en faire une robe !

J’ai donc passé en revue tous mes patrons de robe, j’ai hésité un instant avec la robe Lora de La Maison Victor pour finalement opter pour une robe Ottobre. Il s’agit du modèle n° 12 du dernier Ottobre (Automne-Hiver 2016), une robe en jersey intitulée « Jazzy Jacquard » avec des pinces poitrine et une découpe aux épaules qui fait penser à une encolure américaine.

Côté technique avec Ottobre, il vaut mieux avoir déjà cousu un modèle du même genre car il n’y a pas de pas à pas, ni de schémas, il n’y a que du texte. De plus, il faut bien différencier le paragraphe « techniques de construction » et ceux « couture » car dans la technique de construction il est écrit qu’il faut piquer les bandes de finitions (épaules) devant et derrière et dans la couture il faut piquer la bande de finition dos, assembler les pièces dos et devant puis finir la bande de finition devant. Moi, j’ai piqué mes bandes de finitions sur l’encolure dos et sur l’encolure devant. Du coup, impossible de coudre endroit contre endroit ces 2 pièces ! Comme je n’ai pas compris leur méthode, je n’ai pas décousu et j’ai cousu ensemble mes pièces pour obtenir un rendu identique. Je n’ai toujours pas compris … et c’est un peu ennuyeux car certains modèles (un chemisier, un pantalon …) me plaisent mais je sais que je n’ai pas les connaissances techniques pour les coudre alors qu’avec un pas à pas cela roulerait tout seul !

Au niveau de la taille, il fallait juste coudre un élastique transparent pour la renforcer mais à l’essayage j’avais l’impression d’être vêtue d’un sac à patates, impression confirmée par l’expression de ma fille. Du coup, j’ai posé un élastique pour resserrer la taille. Cela forme des fronces non prévues mais cela n’est pas disgracieux. Je pense que cela doit venir de mon tissu qui n’a pas les mêmes qualités que le jersey préconisé et qui a tendance à se distendre.

Place aux photos :

Zoom sur l’encolure « américaine » et le motif du tissu :

Cette petite robe classique et très confortable est parfaite pour attendre le printemps. Je pense qu’elle va être portée et reportée en cette fin d’hiver et au début du printemps, en jouant sur l’épaisseur du collant.

Patron : Robe en Jersey – Modèle n° 12 « Jazzy Jacquard » du magazine Ottobre design n° 5/2016 – Taille 40 (du 34 au 52 marges de couture non comprises)

Fournitures : Tissu maille bleu marine à motifs blancs et rouges (Eurotissus) – Elastique (4,5 mm).

Un sweat Trop-Top !

Pour cet avant dernier défi de « 2016 en Trop-Top » le thème était de coudre un sweat Trop-Top, un sweat moelleux en molleton avec du bord côte aux hanches, aux poignets et à l’encolure.

Je suis partie à la recherche du molleton idéal…et je suis redescendue de mon nuage les mains vides n’ayant ni envie d’un sweat coloré uni ou d’un sweat à motifs enfantins. Une visite chez mon marchand de tissus habituel qui ne vend pas vraiment de molleton pour voir ce qu’il avait à me proposer comme alternative au molleton et me voilà repartie avec une maille tricot à motifs dont l’envers pourra servir à faire des bandes contrastantes.

Ce beau tissu était destiné à me coudre un sweat sinon je me serai bien cousu un gilet Cannelle ou une robe !

J’ai repris le patron que j’avais modifié pour réaliser mon Trop-Top basique noir auquel j’ai adapté une encolure ronde dégagée, raccourci un peu les manches et le bas. J’ai coupé mes pièces sauf les bandes de poignets et des hanches que j’ai calculées une fois le sweat monté pour avoir la bonne longueur au bas et aux manches.

Voici mon sweat Trop-Top pas du tout sportif mais tout à fait boulot compatible :

Le 30 décembre je vous présenterai mon 12ème et dernier Trop-Top de l’année : un Trop-Top de fêtes !

Patron : TROP-TOP d’Ivanne S – Version A – Taille 32/34/38 – Patron pdf à télécharger Femme (du 32 au 54) ou Fille (du 1 au 12 ans)

Fourniture : maille noire et blanche à motifs vagues (Eurotissu), aussi utilisée sur l’envers pour les bandes d’encolure, de poignets et de hanches

Modifications :  j’ai fait les manches en taille 34, la poitrine en 34 en élargissant jusqu’aux hanches à 38, j’ai modifié l’encolure pour faire sweat (encolure ronde dégagée) et ajouté des bandes aux poignets et aux hanches.

Un Trop-Top drapé et rayé !

Le défi « 2016 en Trop-Top » touche presque à sa fin, plus que deux défis (novembre et décembre) et c’est fini ! Pour le défi d’octobre, il fallait coudre une version C, celle avec le col drapé aussi appelé col bénitier, offrant plein de possibilités (tee-shirt, pull, tunique, robe….à manches longues ou courtes).

J’avais bien envie d’une petite robe sans manches mais je renoncé trouvant mon envie inadaptée à la saison froide qui commence. Avant de partir chercher l’inspiration chez mon marchand de tissus, j’ai étudié ce que j’avais en stock, soit 1 jersey rayé acheté au printemps sans but précis et jugé trop automne/hiver pour avoir été exploité cet été qui pourrait parfaitement devenir un Trop-Top à col drapé.

Avant toute chose, j’ai vérifié si ce jersey remplissait les qualités requises pour devenir une version C. C’est-à-dire, si une fois bien froissé au creux de la main, il reprenait sa forme initiale ou s’il restait froissé. Pour faire un beau drapé, il faut qu’il reste froissé. En général, il faut un jersey assez lourd, fluide et mou. Mon jersey a réussi le test.

Quand j’ai vu le devant de la version C, j’ai tout de suite compris que je ne pourrais pas appliquer les modifications que je fais habituellement et je n’avais pas le temps d’y réfléchir donc je n’ai donc fais aucune modification par contre j’ai cousu une taille bien en dessous de la mienne (un 36 pour un 40).

Qui dit tissu rayé dit raccords ! Pour les côtés pas trop de soucis je sais comment placer mon patron sur le tissu, pour les manches à tête aussi, mais pour les manches kimono… J’ai pris comme repère le haut de l’épaule et la partie haute de la manche et ça a fonctionné !

Place aux photos :

Je n’ai pas pensé à le mettre pour la photo mais le bleu de mon gilet Trop-Top est identique au bleu de ce tissu (la première rayure bleue en bas du tee-shirt soit la 3e rayure), ils avaient été achetés ensemble. Yes, un nouveau duo dans mon dressing !

Les deux derniers thèmes du défi sont un sweat Trop-Top en novembre et un Trop-Top de fêtes en décembre !

Patron : TROP-TOP d’Ivanne S– Version C –Taille 36  – Patron pdf à télécharger Femme (du 32 au 54) ou Fille (du 1 au 12 ans)

Fourniture : jersey rayé (Maison des Ursules)

Modification : aucune sauf que j’ai coupé dans une taille bien en dessous de ma taille habituelle (un 36 au lieu d’un 40) pour obtenir une version plus ajustée.