Une quatrième petite jupe en jersey !

Lorsque j’ai vu ce tissu, il m’a tout de suite plu ! J’ai continué pour voir les autres tissus, je suis revenue encore et encore… Ce motif qui m’avait tapé dans l’œil avait aussi déclenché une discussion intérieure très animée ! Imaginez, mon petit diablotin qui essayait de me convaincre d’acheter ce magnifique tissu et mon petit ange qui essayait de me faire revenir à la raison !

  • « Achète-le ! Il est trop beau ! Tu ne peux pas repartir sans ce magnifique tissu ! »
  • « Non mais, réfléchis avant de céder à la tentation ! Certes, le motif est trop beau mais il n’est pas pour toi ! Si tu l’achètes, que vas-tu en faire ? ».

Pas la peine de vous dire qui a gagné, vous avez deviné !

J’étais donc repartie avec ce magnifique jersey de coton imprimé blanc avec un fond imprimé de petites étoiles noires et rouges et de chaque côté du lé, dessinés en noir des petites maisons, des arbres et une petite fille tenant un ballon rouge ! J’avais eu un coup de cœur pour un imprimé magnifique … mais enfantin ! Mon petit ange avait quand même réussi à m’en faire acheter seulement 1 mètre.

Photo d’une partie du coupon. Non visible, le même motif se répète à gauche (effet miroir). Il y a 3 ou 4 petites filles de chaque côté du coupon.

J’avais dans l’idée de me coudre un haut sans trop savoir quel patron allait pouvoir mettre en valeur ce bel imprimé. Je l’ai laissé de côté le temps de trouvé l’inspiration.

C’est en sortant mes affaires d’été, plus précisément mon trio de petites jupes en jersey que j’ai eu le déclic. Et si je me faisais une petite jupe en jersey avec ce bel imprimé ?

Une petite jupe en jersey rentrant dans 60 cm, il restait environ 40 cm sur 1 m 50… de quoi peut-être rentrer un top à bretelles dans ce coupon !  Cela optimiserait ce coupon et ferait un bel ensemble.

Pour faire rentrer les 2 patrons, il me fallait :

  • Pour la jupe :
    • 2 pans avec le motif
    • 1 bande de hanche dans la partie centrale du tissu
  • Pour Yvonne :
    • 1 devant et 1 dos à caser dans la partie centrale du tissu
    • les deux bandes pour les bretelles dans la partie centrale du tissu

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Mon coupon était trop juste !

Nouvelle partie de Tétris, gagnante cette fois-ci ! Pour faire rentrer tout le monde, j’ai dû :

  • rogner un peu le bas d’un côté du top
  • couper mes bretelles dans le bord du tissu où était imprimé le nom de la marque (complètement à droite sur la photo ci-dessus)
  • assembler deux morceaux pour créer la grande bande.

Lors de la réalisation de la petite jupe, je me suis retrouvée avec une bande de hanches trop petite ! Comment était-ce possible ? J’avais testé l’élasticité du tissu et déterminé la taille de la bande en fonction de cette élasticité et de mon tour de taille. La bande coupée était bien celle que j’avais déterminée…

Le problème provenait de la position du motif sur les extrémités du tissu. Ma bande de hanches coupée en même temps que les pans de la jupe n’avait pas été positionnée dans le sens du droit fil, mais perpendiculaire à celui-ci. A moins d’être bi-stretch, un tissu a beaucoup moins d’élasticité dans la hauteur que dans la largeur.

Il me restait une chute dans laquelle j’ai pu couper un bout pour rallonger ma bande. Au lieu d’avoir une seule couture (placée milieu-dos ou sur un côté), j’ai deux coutures centrées sur le milieu-dos. Et heureusement, j’avais coupé des bandes de tissu avec la largeur exacte des bandes pour les bretelles d’Yvonne sans couper la longueur exacte. J’ai donc pu ajuster la longueur des bretelles en fonction de la faible élasticité du tissu coupé dans sa hauteur. Yvonne était sauvée !

Place aux photos :

petite jupe en jersey tuto Mars-Elle tissu motif petite fille au ballon marché du tissu stoffen sepktakel

petite jupe en jersey tuto mars-elle Yvonne top à bretelles livre coudre le stretch Marie Poisson

petite jupe en jersey tuto Mars-Elle et Top à Bretelles Yvonne du livre coudre le stretch

Un bel ensemble que je destine plutôt aux petites et grandes occasions, contrairement à mon trio de petites jupes que je porte au quotidien.

Cet été encore, j’ai porté et reporté mes petites jupes (noire, bleu marine et blanche) car il y en a forcément une qui va avec mes tee-shirts. Pour l’été prochain, je compte bien m’en coudre deux autres, une noire et une bleu-marine, afin d’en avoir 4 à glisser dans ma valise. En plus d’être très confortable, la petite jupe en jersey est parfaite pour les fortes chaleurs, la ville, les sorties… (plus habillée qu’un short) et géniale pour la plage. Changer son maillot de bain contre sa petite culotte est un jeu d’enfant avec ces petites jupes.

Patron : tuto « petite jupe en jersey, simple et sans patron » de Mars-ELLE – Toutes tailles – marges de couture de 0,7 cm incluses.

Fourniture : jersey blanc motifs noirs et rouges (petite fille au ballon et fond étoilé) (Stoffen Sepktakel)

Publicités

Yvonne, le patron zéro chute !

Deux articles de suite sur Yvonne ! Mes cousettes se suivent et se ressemblent… en apparence seulement !

La précédente Yvonne a été cousue pour répondre à un besoin, celui de me coudre un basique : un top à bretelles blanc pour l’été ou à glisser sous une chemise au printemps et à la fin de l’été.

Cette nouvelle Yvonne a été cousue pour utiliser mes chutes d’une quatrième petite jupe en jersey et comme mes chutes étaient très petites (le coupon initial ne faisait qu’ 1 mètre) seule Yvonne pouvait remplir cette mission zéro chute !

En version courte avec des bretelles droites, le patron avec seulement un devant, un dos, une petite bande pour le V de devant et une grande bande pour le dos et les bretelles, rentre dans de petites chutes.

Pour réussir à rentrer Yvonne dans ma petite chute, j’ai dû :

  • rogner un peu le bas d’un côté
  • couper mes bretelles dans le bord du tissu où était imprimé le nom de la marque
  • assembler deux morceaux pour créer la grande bande.

Côté tissu, il s’agit d’un jersey de coton avec en fond des petites étoiles colorées et un joli motif sur les côtés. En apparence, ce jersey semblait avoir une bonne élasticité mais en fait il est peu extensible car l’impression du motif est placée dans le sens inverse du droit fil. Cette Yvonne a été réalisée dans la partie centrale et les extrémités du tissu (côtés sans motifs avec des écritures) donc sans le motif, juste avec les petites étoiles colorées.

Côté réalisation, j’ai dû :

  • anticiper la faible élasticité du tissu en agrandissant la longueur de mes bandes, surtout celle du dos/bretelles (+ 10 cm env.)
  • faire attention au sens du pliage/assemblage de mes bandes afin que les écritures soient bien cachées à l’intérieur des bretelles
  • gérer un jersey qui roulotte, roulotte… en fixant les bretelles au fer à repasser et en multipliant les pinces clover

Photos de mon Yvonne étoilée :

Patron de couture anti chutes Yvonne le top à bretelles du livre coudre le stretch de Marie Poisson Ma cabane en Alaska

Yvonne du livre coudre le stretch de Marie Poisson un patron de couture zéro chute blog Ma cabane en Alaska

Yvonne est vraiment la championne toutes catégories pour liquider les chutes ! Sur mes 4 Yvonne, celle-ci est la troisième « Yvonne zéro chute » !

Promis, c’est ma dernière Yvonne …. de l’année !

Patron Top à bretelles « Yvonne » issu du livre « Coudre le stretch » de Marie Poisson aux Editions La Plage – Taille 40 (du 34 au 52) – Marges de couture de 0.7 cm incluses.

  • Longueur du top : courte
  • Positionnement des bretelles : droites

Fourniture : Jersey blanc étoilé chute d’un jersey imprimé (Stoffen Sepktakel)

Coudre des basiques : le top Yvonne !

Après avoir constaté que contrairement à l’achat de ses vêtements en prêt-à-porter où l’on va facilement acheter un vêtement uni pour avoir une pièce basique qui va avec presque toute sa garde-robe, se coudre un basique est plutôt la dernière chose que l’on ait envie de faire.

Il y a quelques mois, après un rapide coup d’œil dans ma penderie pour comptabiliser les basiques cousus main (trois hauts noirs et zéro blanc), j’avais décidé de coudre deux hauts basiques, un noir et un blanc, tout deux en jersey bien sûr.

Après avoir réfléchi à mes besoins et mes envies, le noir aurait des manches 3/4 (pour le porter 3 saisons sur 4) et serait ajusté, féminin et élégant. Il a déjà été cousu et publié, il s’agit de mon Black Badiane !

Pour le blanc, avec zéro haut blanc à mon actif et un seul à coudre, il a fallu cibler le haut qui serait le plus utile. Le blanc étant plutôt un coloris pour le printemps/été, j’ai opté pour un top à bretelles, à porter tout seul l’été et à glisser sous une chemise au printemps et à la fin de l’été.

Pour le top à bretelles, je me suis naturellement tournée vers le patron Yvonne du livre « Coudre le stretch » que j’ai déjà cousu 2 fois. Bien que modèle soit décliné en 4 longueurs (court, moyen, long et robe) et 3 positions de bretelles (classique, croisée et nouée), je couds toujours la même longueur (court) et la même position de bretelles (classique) car les bretelles droites sont quand même plus soutien-gorge compatibles que les autres formes.

Yvonne est facile et rapide à coudre. Il y a peu de pièces à découper, un devant, un dos, une petite bande pour le V de devant et une grande bande pour le dos et les bretelles. Le plus long et le plus minutieux, c’est la pose de la grande bande (1 m 18 à poser en biais) à l’aiguille double spécial stretch. Pour positionner les bretelles au dos du top, je vous conseille de vous faire aider par un proche qui déterminera le meilleur positionnement de façon à cacher les bretelles du soutien-gorge.

Pour le tissu, tout comme pour mon Badiane Black, j’ai utilisé le même jersey de coton blanc que pour coudre mon trio de petites jupes en jersey. Malheureusement, ce jersey a un taux de rétractibilité élevé ce qui colle le tee-shirt au niveau de la poitrine. De plus, mes soutien-gorges blancs ont tous de la dentelle ou des motifs brodés qui ressortent à travers le tissu. Du coup, en attendant de trouver un soutien-gorge effet peau sans dentelle et sans broderies, je préfère porter mon top sous une chemise.

Top à bretelles Yvonne patron de couture du livre coudre le stretch de Marie Poisson

Yvonne du livre coudre le stretch de Marie Poisson

Maintenant que j’ai cousu mes basiques, je retourne à la couture de jolis motifs !!!

Patron Top à bretelles « Yvonne » issu du livre « Coudre le stretch » de Marie Poisson aux Editions La Plage – Taille 40 (du 34 au 52) – Marges de couture de 0.7 cm incluses.

  • Longueur du top : courte
  • Positionnement des bretelles : droites

Fourniture : Jersey blanc (La Maison d’Ursule)

Top Crystal !

A la sortie du magazine La Maison Victor, j’ai eu un petit coup de cœur pour le top Crystal ! Tissu acheté, patron décalqué et découpé dans la foulée pour être prêt à être cousu quand son tour viendra ! Mais voilà le temps de finir mes encours, la saison était trop avancée pour coudre un vêtement d’été.

Vous avez peut-être constaté qu’en l’espace de deux ou trois décennies les saisons vestimentaires ont bien changées ! Avant, il y avait 4 saisons bien marquées avec une garde-robe pour chaque saison. Il y avait des vêtements chauds pour l’hiver, des vêtements de mi-saison pour le printemps (couleurs vives) et l’automne (couleurs foncées) et des vêtements légers pour l’été ! Depuis le début des années 2000, le climat s’étant réchauffé, on porte la même garde-robe, celle de mi-saison, d’octobre à fin mai, puis celle d’été de juin à septembre.

En couture, c’est un peu pareil, je trouve qu’il y a seulement 2 saisons pour coudre. Les températures étant plus clémentes, les codes couleurs ayant changés (couleurs pastelles pour les collections automne/hiver) on coud des manches 3/4 dans un tissu pas trop épais pour l’automne/hiver/printemps et des manches courtes ou sans manches pour l’été.

Pour ma part, j’ai un peu de mal à coudre des vêtements d’été avant que le beau temps soit bien installé mais aussi passé la mi-août car une fois cousu, il ne reste que très peu de temps pour les porter. De ce fait, mon nombre de pièces estivales cousues chaque année est très faible.

C’est ainsi que la couture de mon top Crystal a été reportée à l’été suivant, puis à nouveau reportée à l’été encore suivant (j’avais trop bien rangé mes pièces découpées). Soit coupé en 2017 pour n’être cousu qu’en 2019 !

Le top Crystal, est décrit par La Maison Victor comme un top romantique aux lignes volantées. Il s’agit d’un top loose avec des volants aux épaules et un autre sur la poitrine. Sur le dessin technique, on peut voir les volants pris en sandwich entre le devant/dos et les pièces de côté.

La Maison Victor qualifie l’ouverture élégante du dos comme poétique. Le dos étant coupé en deux parties afin de former une ouverture (goutte) en haut fermée par un bouton agrafe. Bon à savoir, un dos fermé coupé dans une seule pièce est possible car le top peut s’enfiler le dos agrafé.

Le choix du tissu est primordial car l’ampleur, les fronces et les volants du top Crystal peuvent vite le transformer en montgolfière, surtout si l’on a une poitrine un peu généreuse. Il faut un tissu fluide et mou pour obtenir des volants tombants. Dans le cas contraire, les volants seront rigides, les fronces plus épaisses. Le tout augmentant le volume du top.

Au vue des premières réalisations et des articles du Top Crystal, j’avais opté pour une version sans le volant poitrine et cela tombait bien car je n’avais pas assez de tissu pour le réaliser. A la place, j’ai cousu un passepoil rose pâle assorti au tissu.

Vu l’ampleur du top, j’ai pensé à le couper une taille en dessous ma taille habituelle chez La Maison Victor. Mais avant de couper, j’ai comparé les dimensions (poitrine, taille et hanches) avec un patron de top que j’avais déjà réalisé. Après comparaison, j’ai décidé de rester sur ma taille habituelle et bien m’en a pris car après j’ai lu que certaines avaient fait le choix d’une taille en dessous et ne pouvaient pas le porter pour cause d’emmanchures trop serrées.

Place aux photos :

Question de préférence personnelle, je porte ce top non rentré avec un pantalon moulant. Je n’aime pas le côté blousant lorsqu’il est rentré dans le pantalon ou porté avec un bas ample (double effet montgolfière).

Petit zoom sur le volant :

Pour celles qui seraient tentées par une version robe, sachez qu’il est possible de rallonger ce top en robe.

Patron : Top « Crystal » du magazine La Maison Victor – édition 2 – mars-avril 2017 – niveau 2/4 – Taille 38 (existe du 30 au 48)

Fournitures : Tissu chaîne et trame léopard gris bleuté, noir et rose (collection 2017 chez Mondial Tissus) – Bouton agrafe – Passepoil rose pâle – Biais rose (finitions encolure et emmanchures).

Modifications : Suppression du volant (devant) et insertion d’un passepoil à la place. Pas de doublure thermocollante comme préconisé.

 

Seconde vie : le cas de la petite jupe !

Comme je vous le disais dans mon article « Offrir une seconde vie aux vêtements non portés », j’ai trié mes vêtements non portés en distinguant ceux que je ne voulais pas conserver et ceux à qui je pourrais peut-être donner une seconde vie en apportant quelques modifications.

Pour ceux-là, j’ai dans un premier temps identifié les raisons pour lesquelles, le vêtement n’était pas porté, puis chercher si des solutions peuvent être apportées. Ensuite, il convient d’effectuer les modifications nécessaires lorsqu’elles sont réalisables.

Je vous propose une étude de cas avec une jupe du commerce que je ne portais plus vraiment.

Le cas d’une petite jupe du commerce :

Identification du problème :

Achetée il y a de nombreuses années, bien avant que je ne commence à coudre, je trouve le motif élégant et intemporel. Le problème n’est donc pas une question de tendance ou de goût, ni d’un manque de pièces compatibles puisque j’ai des petits hauts noirs pour aller avec.

Après analyse, j’ai identifié les problèmes :

  • la jupe est trop longue et pas assez ajustée (trop d’ampleur)
  • l’élastique de la taille est en fin de vie et ne fait plus son boulot !

Solution :

En fait, il en fallait peu pour qu’elle (re)devienne une petite jupe féminine et élégante !

Pour cela, il suffisait de :

  • raccourcir la hauteur de la ceinture élastiquée
  • redonner de l’élasticité à la taille
  • réduire l’ampleur de la jupe afin qu’elle soit plus ajustée
  • raccourcir la jupe pour qu’elle arrive au dessus du genou

Pour cela, j’ai décidé de :

  • réduire de 3/4 la hauteur de la ceinture
  • retirer du tissu sur les côtés

Modifications :

Une transformation assez simple :

  • 5 coups de ciseaux :
    • 2 au niveau de la couture côté pour retirer la couture côté
    • 1 au niveau de la taille pour réduire la hauteur de la ceinture élastiquée qui faisait + 12 cm (j’ai retiré 9 cm et conservé 3 cm)
    • 2 au niveau des côtés pour réduire l’ampleur et ajuster l’ampleur
  • 2 passages sous le pied de biche :
    • 1 pour la nouvelle couture de côté
    • 1 pour la pose d’un biais élastique pour finir le haut de la jupe.

Voilà comment j’ai modernisé une jupe du commerce qui était trop longue, un style trop ample pour les tendances actuelles et qui avait une ceinture élastiquée en fin de vie !

Avant / Après :

La petite jupe du commerce est (re)devenue une petite jupe élégante et féminine :

Une seconde vie offerte !!!

Peut-être cela vous a-t-il échappé mais sur le forum de Thread & Needles, il y a un nouveau sujet/défi dans le groupe « Création, remède à la consommation? » intitulé « pRolongation de l’été » qui est parfaitement dans le même esprit que mes cousettes « A bas les chutes », mes opérations « Déstockage de chutes de jersey » et maintenant « Offrir une seconde vie aux vêtements non portés » !

Défi « pRolongation de l’été » sur T&N :

« Un nouveau défi regroupant diverses techniques permettant de prolonger un maximum, la vie de nos chers textiles, et de diminuer ainsi la demande en ressources qui pèse sur la planète. Vous pourrez donc poster ici tout vos projets issus de recyclage, chutes, raccommodage, des projets permettant le mode de vie zéro déchet, et un mélange de tout ça et de tout ce qui vous semble green. Afin d’expliquer vos projets, vous pourrez utiliser des « options » (comme au bac) qui devront commencer par R ou à défaut en comporter un. Un sorte de clin d’œil à la règle des R du zéro déchet. Voici des exemples d’option : récup, raccommodage, rapiéçage, réduire, zéRo chutes, … Bref soyez créatif. Bonne pRolongation à toutes. »

Black Badiane !

Comme toutes les couturières, j’achète et je couds surtout des tissus avec de jolis motifs au détriment de tissus basiques pourtant indispensables à une tenue élégante et harmonieuse. Un coup d’œil rapide dans ma garde-robe a confirmé que je manquais de petits hauts basiques. Aucun haut blanc et seulement trois hauts noirs : un Trop-Top noir à manches longues, un tee-shirt Summer Basic noir à manches courtes et un tee-shirt noir à col bénitier à manches courtes ! Il était donc urgent de combler ce manque en cousant des basiques blancs et noirs !

Dans un premier temps, j’ai choisi de coudre 2 hauts, un noir et un blanc, en ciblant mes besoins, soit un haut noir avec des manches 3/4 pour le porter 3 saisons sur 4, ainsi qu’un top à bretelles blanc pour l’été.

J’ai commencé par le noir que je voulais ajusté, féminin et élégant, et opté pour le tee-shirt Badiane de Christelle Beneytout que j’ai déjà cousu plusieurs fois et que j’aime beaucoup porter.

Il s’agit d’un patron gratuit, sorti début 2015, de tee-shirt légèrement ample avec une encolure très féminine proposé avec des manches courtes ou 3/4.

Pour le tissu, c’est le même que celui utilisé pour coudre mon trio de petites jupes en jersey, un jersey de coton noir avec une rétractibilité élevée ce qui rend le tee-shirt plus ajusté.

Pour les manches 3/4, plutôt que de prolonger les manches comme je l’avais fait pour mon Badiane zébré, j’ai posé des bandes de manches comme préconisé dans le patron.

Mon Badiane Black en photos :

Résultat, bien qu’étant basique ce tee-shirt va devenir une pièce maîtresse de ma garde-robe alliant confort, féminité et élégance à porter aussi bien avec un pantalon ou une jupe.

Patron : « Je couds Badiane » de Christelle Beneytout – Taille 40 – Niveau moyennement facile – Patron gratuit (du 32 au 52) avec marges de couture de 0.7 cm comprises.

Fournitures : jersey noir (La Maison d’Ursule) – Élastique transparent Framilastic (renfort couture épaules)

Mon 10ème Cannelle !

Entre le gilet Cannelle et moi, c’est d’abord une histoire de couture car c’est par lui que tout à commencé ! Après avoir regardé l’émission Cousu Main, j’ai découvert le gilet Cannelle grâce au blog de Séverine, une des finalistes de la saison 1, où elle présentait son test du gilet. Convaincue par le fait que ce patron était très bien expliqué et accessible aux débutantes, je me suis lancée dans la couture de vêtements.

Tous ces gilets Cannelle n’ont pas été cousus uniquement pour moi ! Ce 10ème est en fait le 5ème pour moi, j’en ai déjà 4 dont 2 pour la saison automne/hiver (en jersey milano) et 2 autres en mailles très légères pour l’été. J’en ai aussi cousu 2 pour ma mère dont 1 avec des poches plaquées selon le tuto (vidéo) de Christelle Beneytout et 2 pour ma fille en taille 32 et en taille 16 ans devenus trop petits depuis. Et enfin, ma surchemise à carreaux née d’un hacking du patron Cannelle.

patron je couds cannelle Christelle Beneytout patron de couture Christelle couds taille 32 hacking poches

J’ai bien testé d’autres patrons (des modèles Ottobre ici et , ainsi qu’un hacking du patron Trop Top) mais le Cannelle conserve sa première place du podium pour son confort, son élégance et sa forme qui correspond parfaitement à ma morphologie et mon style vestimentaire.

Le gilet Cannelle et les petites vestes courtes sont les incontournables de ma garde-robe. Malheureusement, mes petites vestes, achetées avant que je me mette à la couture, sont parties à la poubelle pour cause d’usure à force d’avoir été portées et reportées et mes 2 Cannelles s’apprêtent à suivre le même chemin. J’ai donc un besoin vital de gilets et de petites vestes.

Pour ce nouveau Cannelle, j’ai choisi une maille chinée noir et gris/bleuté destinée à la mi-saison de par sa couleur et son épaisseur et d’y coudre les poches plaquées. Côté réalisation, pas de difficulté particulière mais il faut noter que la maille légère est vraiment une horreur à coudre (j’avais oublié que cela en mettait partout) et qu’un ourlet laitue sur un jersey milano est une très bonne idée mais cela l’est beaucoup moins sur une maille légère à qui un ourlet plié/rentré conviendra beaucoup mieux.

Les photos n’ont pas été prises le même jour, la première photo restitue mieux la vraie couleur (noir chiné gris bleuté).

J’ai acheté en même temps, une maille chinée bleue doublée d’une couche polaire qui se transformera (ou pas) en un gilet Cannelle boutonné pour l’hiver prochain !

Patron : « Je couds Cannelle » de Christelle Beneytout (pdf ou papier) – Niveau débutant – Marges de 0.7 cm comprises – Taille 40 + poches plaquées (gabarit téléchargeable gratuitement sur le blog Christelle Coud).

Fournitures : Maille légère chinée (noir / gris-bleuté) (Stoffen Sepktakel) – Élastique transparent Framilastic (renfort coutures épaules)