Seconde vie : le cas de la petite jupe !

Comme je vous le disais dans mon article « Offrir une seconde vie aux vêtements non portés », j’ai trié mes vêtements non portés en distinguant ceux que je ne voulais pas conserver et ceux à qui je pourrais peut-être donner une seconde vie en apportant quelques modifications.

Pour ceux-là, j’ai dans un premier temps identifié les raisons pour lesquelles, le vêtement n’était pas porté, puis chercher si des solutions peuvent être apportées. Ensuite, il convient d’effectuer les modifications nécessaires lorsqu’elles sont réalisables.

Je vous propose une étude de cas avec une jupe du commerce que je ne portais plus vraiment.

Le cas d’une petite jupe du commerce :

Identification du problème :

Achetée il y a de nombreuses années, bien avant que je ne commence à coudre, je trouve le motif élégant et intemporel. Le problème n’est donc pas une question de tendance ou de goût, ni d’un manque de pièces compatibles puisque j’ai des petits hauts noirs pour aller avec.

Après analyse, j’ai identifié les problèmes :

  • la jupe est trop longue et pas assez ajustée (trop d’ampleur)
  • l’élastique de la taille est en fin de vie et ne fait plus son boulot !

Solution :

En fait, il en fallait peu pour qu’elle (re)devienne une petite jupe féminine et élégante !

Pour cela, il suffisait de :

  • raccourcir la hauteur de la ceinture élastiquée
  • redonner de l’élasticité à la taille
  • réduire l’ampleur de la jupe afin qu’elle soit plus ajustée
  • raccourcir la jupe pour qu’elle arrive au dessus du genou

Pour cela, j’ai décidé de :

  • réduire de 3/4 la hauteur de la ceinture
  • retirer du tissu sur les côtés

Modifications :

Une transformation assez simple :

  • 5 coups de ciseaux :
    • 2 au niveau de la couture côté pour retirer la couture côté
    • 1 au niveau de la taille pour réduire la hauteur de la ceinture élastiquée qui faisait + 12 cm (j’ai retiré 9 cm et conservé 3 cm)
    • 2 au niveau des côtés pour réduire l’ampleur et ajuster l’ampleur
  • 2 passages sous le pied de biche :
    • 1 pour la nouvelle couture de côté
    • 1 pour la pose d’un biais élastique pour finir le haut de la jupe.

Voilà comment j’ai modernisé une jupe du commerce qui était trop longue, un style trop ample pour les tendances actuelles et qui avait une ceinture élastiquée en fin de vie !

Avant / Après :

La petite jupe du commerce est (re)devenue une petite jupe élégante et féminine :

Une seconde vie offerte !!!

Peut-être cela vous a-t-il échappé mais sur le forum de Thread & Needles, il y a un nouveau sujet/défi dans le groupe « Création, remède à la consommation? » intitulé « pRolongation de l’été » qui est parfaitement dans le même esprit que mes cousettes « A bas les chutes », mes opérations « Déstockage de chutes de jersey » et maintenant « Offrir une seconde vie aux vêtements non portés » !

Défi « pRolongation de l’été » sur T&N :

« Un nouveau défi regroupant diverses techniques permettant de prolonger un maximum, la vie de nos chers textiles, et de diminuer ainsi la demande en ressources qui pèse sur la planète. Vous pourrez donc poster ici tout vos projets issus de recyclage, chutes, raccommodage, des projets permettant le mode de vie zéro déchet, et un mélange de tout ça et de tout ce qui vous semble green. Afin d’expliquer vos projets, vous pourrez utiliser des « options » (comme au bac) qui devront commencer par R ou à défaut en comporter un. Un sorte de clin d’œil à la règle des R du zéro déchet. Voici des exemples d’option : récup, raccommodage, rapiéçage, réduire, zéRo chutes, … Bref soyez créatif. Bonne pRolongation à toutes. »

Publicités

Offrir une seconde vie aux vêtements non portés !

Un an de défi « Rien de neuf » m’a amené à réfléchir sur le contenu de mon dressing et à faire un bilan précis de mes vêtements beaucoup, peu ou pas portés !

Quelque soit notre rapport aux vêtements, nous avons tous des vêtements préférés que l’on porte dès qu’ils sont propres, des vêtements du quotidien que l’on porte très régulièrement, des vêtements occasionnels (portés à certaines occasions ou une fois de temps en temps) et des vêtements que l’on porte quasiment jamais. C’est de ces derniers dont il va être question et à qui il serait bon d’offrir une seconde vie !

Selon des études, voici deux conséquences de la « fast fashion » (« mode rapide » sans cesse renouvelée) produite à bas coût pour ne pas durer :

  • les français ne porteraient seulement que 30% de leur garde-robe
  • 4 millions de vêtements seraient jetés par les européens sur les 5 millions achetés chaque année

Au vu de ces chiffres, on constate l’existence d’un vrai gaspillage surtout si l’on considère les ressources utilisées (eau, pétrole…) et la pollution occasionnée (traitements chimiques, pesticides…) pour fabriquer ces vêtements, le chemin qu’ils ont parcourus pour arriver jusqu’à nos armoires, tout ça pour ne pas être portés en définitive !

Un gaspillage vestimentaire auquel il serait bon de s’attaquer :

  • en triant nos armoires :
    • identifier les vêtements peu ou pas portés
    • trouver les raisons pour lesquelles on ne porte pas ces vêtements
    • donner ces vêtements pour leur offrir une une seconde vie
  • en repensant notre façon de consommer la mode ou notre passion pour la couture et ainsi éviter de se retrouver avec des vêtements non portés :
    • identifier nos goûts (couleurs, formes, style…) et nos besoins
    • vérifier la compatibilité des vêtements avec notre morphologie et le reste de notre garde-robe
    • privilégier des basiques facilement associables et accessoirisables
    • déterminer nos besoins vestimentaires ou besoins en tissus et patrons plutôt que d’acheter au coup de cœur

Avant de mettre à coudre mes vêtements, je consommais la mode de façon raisonnable et raisonnée, en évitant les coups de cœur incompatibles au reste de ma garde-robe et privilégiant les vêtements répondant à un besoin et facilement associables. Depuis que je couds, je n’achète que très peu de vêtements car je pars du principe que ce que je sais coudre je ne l’achète pas (tee-shirts, vestes, jupes, robes…). Il en est de même pour mes achats de patrons/magazines ou de tissus, je fonctionne plus au besoin qu’au coup de cœur en évitant les achats de patrons similaires ou ne correspondant pas à mon style et à ma morphologie, et des achats de tissus sans projets ni besoins.

Après l’analyse de mon dressing (et grenier), il en ressort que je conserve des vêtements :

  • achetés il y a de 5 à 10 ans que je garde (au grenier) au cas où, car ils sont en très bon état et pas démodés mais qui ne me correspondent plus du tout.
  • cousus mains que je n’aime pas porter (manque de confort ou pas mon style). C’est le cas de mon gilet Trop-Top dont je n’aime pas les manches tombantes ni la forme non ajustée. Ce gilet est en fait l’opposé des mes gilets Cannelle que j’adore.
  • qui n’ont pas ou plus de pièces compatibles pour former un duo. C’est le cas de ma robe Kyoto que je portais avec une veste en simili cuir bleu clair et que je ne porte plus depuis que la veste est devenue trop usée pour être portable.
  • dont la coupe, le style n’est plus adapté à ma morphologie, à mon style ou aux tendances actuelles (trop long, trop ample….).
  • devenus trop petits ou trop grands.

J’ai donc décidé d’offrir une seconde vie à mes vêtements pas ou peu portés en :

  • donnant ceux que je porte que très rarement et ceux que je ne porte pas du tout mais que je garde en me disant au cas où alors que je sais pertinemment qu’ils ne me correspondent plus (les tendances, les goûts et les morphologies évoluent avec les années).
  • modernisant ceux dont le style n’est plus adapté aux tendances actuelles (trop long, pas assez ajusté…) lorsque cela est possible.
  • cousant ou achetant de nouvelles pièces pour remplacer celles qui trop usées sont parties à la poubelle laissant des vêtements pas portés faute de compagnon.

J’ai déjà commencé à trier tous ceux que je ne voulais pas conserver, ceux pour lesquels une modification n’est pas envisageable, à ajuster ma jupe 1 001 perles (je l’ai raccourcie pour la porter taille basse et ajustée sur les côtés pour reduire l’évasement) et à moderniser une jupe du commerce qui était trop longue, un style trop ample pour les tendances actuelles et une ceinture élastiquée en fin de vie.

Je vous invite à jeter un coup d’œil dans vos armoires pour voir si vous ne pouvez pas offrir une seconde vie à vos vêtements non portés ! 😉

Créations Zéro Déchet de Camille Binet-Dezert !

Comme promis dans mon article sur mes petites bourses imperméables pour transporter mes cosmétiques solides, voici la présentation du livre dont elles sont issues.

Il s’agit du livre de Camille Binet-Dezert intitulé « Créations Zéro Déchets » pour coudre pas à pas 28 créations pour toute la maison.

Livre couture créations zéro déchets Camille Binet Dezert Mango green

Le livre comporte 3 grandes parties où sont regroupés les différents objets par thèmes.

Les 3 grands thèmes du livre :

1 – Les sacs et les pochettes :

On peut dire qu’avec les 10 créations proposées, tout a été prévu pour :

  • faire ses courses : pochons à vrac, sac à baguettes, tote bag
  • conserver ses aliments : sac fraîcheur
  • transporter son déjeuner : lunch bag, étui à thermos, pochette à couverts
  • emballer des cadeaux : furoshiki

2 – L’hygiène :

Camille a passé en revue tout le nécessaire de toilette et propose une alternative éco-responsable à chacun d’entre eux :

  • trousse de toilette
  • lingettes démaquillantes et leur panière
  • gant démaquillant
  • mouchoirs en tissu et leur pochette de rangement
  • couches lavables
  • serviettes hygiéniques

couture zéro déchet trousse de toilette avec un kway lingettes démaquillantes panière

 3 – La cuisine :

Les jours sont comptés pour l’essuie-tout, le papier étirable, l’éponge, sacs de congélateur car Camille leur a trouvé des remplaçants plus sains et plus écologiques avec :

  • l’essuie-tout lavable et déroulable
  • le couvre-plat élastiqué
  • les carrés cirés

Sans oublier :

  • son fameux tawashi tissé !

tawashi tissé livre créations couture zéro déchets Camille Binet Dezert mango green

Bien avant d’écrire son livre, Camille s’est inspirée des tawashis japonais (tricotés ou crochetés) pour inventé le tawashi tissé pour les personnes qui ne savent ni tricoter ni crocheter ! Grâce à Camille et son tuto en vidéo, la confection d’un tawashi est devenu un jeu d’enfant !  Voir aussi le pas à pas en photo plus bas dans l’article.

Des pièces upcyclées :

Camille va plus loin que le simple fait de proposer des pièces à coudre : toutes ses créations sont des pièces upcyclées ! C’est-à-dire qu’elle recycle de vieux vêtements (chemise, jean, pull, tee-shirt, vêtement de pluie…) pour coudre de nouveaux objets.

couture pièce upcyclée chemise sac à baguette tote bag livre créations couture Camille Binet Dezert

Elle pousse même l’optimisation à son maximum car avec chaque vêtement recyclé elle crée plusieurs pièces :

  • Un tee-shirt deviendra un sac à vrac, une panière.
  • Une chemise servira à coudre un tote bag (corps) et un sac à baguette (manches).
  • Une serviette retrouvera sa fonction absorbante sous forme d’essuie-tout, de lingettes démaquillantes, de couches lavables, de serviettes hygiéniques.
  • Un K-Way sera utilisé dans la confection de la trousse de toilette, la bourse imperméable, la pochette à couverts, les serviettes hygiéniques et les couches lavables ! C’est sans aucun doute l’objet dont le recyclage est le plus optimisé !

Créations pas à pas :

Pour chaque création, on retrouve :

  • une introduction
  • le matériel nécessaire
  • une idée récup’ indiquant quel type de vêtement à recycler choisir
  • un encart « c’est malin » avec une astuce
  • Un pas à pas détaillé avec une photo et un texte pour chaque étape.

Pas à pas du tawashi tissé :

livre créations zéro déchet Camille Binet Dezert pas à pas photos tawashi tissé

tawashi tissé livre créations zéro déchets Camille Binet Dezert

Conseils et bonnes adresses :

Le livre comporte aussi :

  • Des conseils pour entretenir les tawashis tissés (éponges), réussir le cirage des carrés cirés, gérer l’entretien des serviettes hygiéniques
  • Un chapitre dédié à l’initiation à la teinture végétale
  • Une liste de bonnes adresses (sites de vente en ligne zéro déchet, des marques engagées dans la démarche zéro déchet, où acheter en vrac, des applications smartphones utiles et des sites de vente d’objets d’occasion)
  • Une liste de sites internet et blogs zéro déchet incontournables

Mon avis !

Bien sûr, si je vous en parle et que j’écris un article détaillé sur ce livre, c’est forcément pour vous en dire que du bien !

Ce livre est une bonne idée cadeau… à s’offrir ou à offrir à une couturière débutante ou expérimentée ! La première sera guidée pas à pas et la seconde y trouvera les idées, les techniques pour réaliser des cousettes rapides !

A noter que les couturières qui ont l’habitude de coudre des patrons avec des marges calculées au millimètre seront un peu déstabilisées par la non indication des marges ! Une façon de sortir de sa zone de confort !

Enfin s’il est possible de trouver la plupart des créations du livre sur internet, ce livre a l’avantage de proposer des créations testées et validées et de toutes les regrouper en un seul et unique endroit plutôt que d’épingler des tutos dans un tableau Pinterest et de procrastiner !

Un livre à laisser sur la table du salon pour le feuilleter régulièrement mais aussi pour que votre famille et amis le découvrent et s’y intéressent !

Mes créations Zéro Déchet :

Je compte bien coudre d’autres créations zéro déchet inspirées ou réalisées d’après ce livre que je référencerai ci-dessous au fur et à mesure des mes créations et publications :

 

Créations Zéro Déchet 

livre de Camille Binet-Dezert pour coudre pas à pas 28 créations pour toute la maison

paru aux Éditions Mango Green en 2017

Une Châtaigne dans mon dressing !

C’est ma première Châtaigne. J’ai commencé par la jupe qui est une adaptation du short Châtaigne de Deer and Doe par Telle une Estelle. Je vous en parlais dans mon article sur le blog des Addicts de Deer and Doe.

Autre première, j’ai réalisé une toile pour être sûre du choix de la taille et voir s’il y avait des ajustements à faire. Pour faire ce prototype, j’ai recyclé la jupe rose cousue cet été que je n’ai jamais portée (erreur morphologique). Cette toile ne sera jamais portée non plus car j’ai du couper certaines pièces à cheval sur deux pans et d’autres pièces en 2 parties au lieu d’une comme la ceinture du devant qui n’a pas de couture au milieu normalement. Sur la photo, on aperçoit une couture de l’ancienne jupe (entre le côté gauche et la pince gauche)

Je n’ai pas cousu un des côtés de la jupe (le gauche sur la photo), ni fait l’ourlet et ni posé de fermeture éclair sachant qu’elle n’allait pas être portée. Résultat du test, la taille 40 est parfaite et aucun ajustement à faire : ma morphologie correspond parfaitement aux normes de Deer and Doe !

Le tuto d’Estelle explique seulement comment modifier le patron pour  obtenir une jupe, il ne contient aucunes explications quant à la marche à suivre pour coudre les pièces entre elles. Il faut pour ça suivre les explications contenues dans le livret de Deer and Doe. Grâce à ma toile, je me suis rendue compte que les étapes d’assemblage des ceintures et des doublures étaient à peine évoquées (celle du dos) voir occultées (celle du devant) dans le livret. Du coup, je me suis fait un petit pas à pas perso pour les prochaines.

Dès le départ, j’ai apporté une modification dans la longueur de la jupe, la trouvant trop courte pour moi. J’ai ajouté 7 cm de plus aux 8 cm préconisés soit 15 cm de plus par rapport au short pour avoir une jupe juste au dessus du genou.

Côté tissu, j’en ai choisi un élastique pour le confort et noir pour aller avec tout. Celui-ci a été un vrai plaisir à coudre.

Enfin, troisième et dernière première, j’ai posé ma première fermeture éclair et invisible de surcroît. Je dois dire que j’appréhendais un peu mais le résultat est parfait. Vous la voyez la fermeture éclair sous mon doigt ? Non ! Normal, elle est invisible.

Portée avec mon tee-shirt Carvi :

Le tee-shirt rentré dans la jupe pour bien voir la ceinture :

Elle est très agréable à porter, l’élasticité du tissu la rend très confortable. C’est sûr, j’en ferai d’autres mais avant je testerai le short.

Patron : Jupe adaptée du short Châtaigne de Deer and Doe d’après le tuto d’Estelle Taille 40 – Niveau débutant – Patron disponible en pochette (34 au 46) – Marges de couture comprises

Modification : longueur + 15 cm (au lieu des 8 cm préconisés)

Fournitures : tissu épais et élastique noir – fermeture invisible


Vous n’avez pas trouvé comment laisser un p’tit com… il suffit de cliquer sur le cœur à droite du titre de l’article !

Short en jean recyclé en sac !

Quand les vêtements de mes enfants deviennent trop petits, je fais 3 tas : les tâchés, troués, trop usés vont à la poubelle, ceux qui sont encore en très bon état sont donnés et le dernier tas, mon préféré, c’est les vêtements qui vont être recyclés.

Cet été, un short en jean qui a été porté et reporté par ma fille, hiver comme été, est devenu vraiment trop petit et a fini dans mon tas à recycler. J’ai tout de suite su ce que je voulais en faire, le transformer en sac !

short en jean

Sur internet, j’ai surtout trouvé des exemples de sacs réalisés à partir de pantalon en jean offrant plus de possibilités qu’un short taille 10 ans. Je me suis donc débrouillée toute seule. Après un petit temps de réflexion, je me suis lancée. J’ai tout d’abord décousu les ourlets, coupé les coutures de l’entrejambe que j’ai assemblées pour former une jupe. Ensuite, j’ai tracé et retiré des carrés dans les angles bas pour créer la base du sac.

J’ai utilisé les chutes du viscose bleu marine avec des roses ayant servi à réaliser ma robe CardaMom pour la doublure. Dans un premier temps, j’avais cousu la doublure juste en dessous de la ceinture mais j’ai tout décousu car la couture à l’extérieur était trop voyante et ne me plaisait pas. La seule solution pour avoir un rendu extérieur parfait était de coudre la doublure sur la partie intérieure de la ceinture, à la main donc.

intérieur sac en jean

Comme c’était un short en non un pantalon, je n’avais pas les jambes à ma disposition pour faire l’anse. J’avais bien des jeans trop petits que je pouvais utiliser mais ils étaient soit trop clairs ou trop foncés. Quant à la viscose, elle n’avait pas les qualités requises pour faire une anse. J’ai fini par couper une jambe d’un jean de la couleur la plus proche pour faire le dessous de l’anse et un bout de viscose pour le dessus. J’ai dû coudre l’anse à la main car avec les trois épaisseurs de jean plus l’élastique (taille réglable) que j’avais laissé dedans, mon aiguille n’a pas résisté et s’est tordue.

Enfin, j’ai réalisé une ceinture en viscose pour rappeler l’intérieur du sac et la fonction première du sac.

Voici donc le short en jean devenu sac :

Short en jean devenu sac

dos du sac

Porté par l’ancienne propriétaire du short et nouvelle propriétaire du sac :

P1030427