Le temps des cerises !

Cette année, le cerisier de notre jardin nous a offert, avec une quinzaine de jours d’avance par rapport à d’habitude, de belles grosses cerises bien juteuses. Une bonne année puisque l’abondance n’a pas été réduite à néant par de fortes pluies, des vers dans les fruits et les oiseaux n’ont pas tout mangé. Seule ombre au tableau, un millésime peu sucré en raison d’un manque d’ensoleillement ce printemps mais pas de quoi bouder les petits plaisirs de saison : déguster des cerises juste cueillies ou cuites en clafoutis ou en soupe !

Chez nous les petits plaisirs se prolongent pendant l’hiver en congelant un peu de cerises entières en vue de clafoutis mais surtout en cuisinant et en congelant plusieurs kilos de soupes de cerises. Le terme de soupe, associé à un dessert, n’est pas très alléchant mais le résultat est délicieux !

Souvent les soupes de cerises sont aromatisées (vin rouge, crème de framboises, fleurs de sureau…) et épicées (cannelle, vanille, cardamone…), ici le fruit est travaillé sans artifices, juste le fruit et le sucre.

Une soupe de cerises à déguster en été ou en hiver, seule ou accompagnée une boule de glace à la vanille ou une panna cotta !

recette de soupe de cerises ma cabane en alaska

Soupe de cerises :

Voici les proportions pour 1 kilo de cerises, soit 6 à 8 parts, à multiplier ou à diviser selon la quantité de cerises que vous avez. Voir aussi mes notes sur les quantités d’eau et de sucre.

Ingrédients :

  • 1 kilo de cerises mûres entières (fraîches ou congelées)¹
  • 100 g de sucre de canne blond²
  • 10 cl d’eau³

¹ si vous n’avez pas le temps de cuire la soupe de cerises au moment de la récolte ou que celle-ci est trop importante, vous pouvez congeler des cerises lavées, équeutées pour les cuire en soupe plus tard, puis congeler la soupe obtenue. 

² la quantité de sucre peut varier de 75 à 125 g par kilo selon la teneur en sucre de la variété de cerises, la teneur en sucre de la récolte de l’année et selon si vous êtes un bec peu ou très sucré

³ la quantité d’eau peut varier selon le mode de cuisson (nature de la casserole ou du faitout et de la plaque de cuisson)

Laver et équeuter 1 kg de cerises.

Dans une casserole, un faitout ou une bassine à confiture, mettre les cerises avec le sucre et l’eau sur feu moyen/vif.

Une fois le sucre fondu, porter à ébullition et laisser cuire les cerises 20 minutes en mélangeant régulièrement pour une cuisson homogène.

Lorsque les cerises sont cuites, retirer du feu et laisser refroidir.

Mettre dans un récipient hermétique. Congeler en portions pour déguster cet hiver ou  placer au réfrigérateur quelques heures pour déguster immédiatement.

Miam ! Miam !

Cerises cuites sucre jus dessert rafraichissant été

Attention aux jeunes enfants ce dessert contient des noyaux !

Bilan d’une année de défi « Rien de neuf » !

En 2018, j’ai participé au défi « Rien de neuf » ! Cela consistait à rechercher systématiquement une alternative à l’achat de produits neufs avant d’acquérir des biens tels que les objets et équipements de la vie quotidienne (les vêtements, les meubles, la décoration, l’électroménager, les produits high-tech, les produits culturels….) pour changer petit à petit ses réflexes d’achats et explorer d’autres modes de consommation meilleurs pour l’environnement.

Après avoir partagé mon défi sur ce blog en publiant des articles trimestriels/semestriels où je listais mes achats, mes non achats, mes alternatives au neuf, mes recherches infructueuses ainsi que mes réflexions, il est l’heure de dresser un bilan de mon année de défi « Rien de neuf ».

Parmi les 15 000 participants de ce défi, je pense que les bilans sont bien différents selon l’endroit où l’on vit, la composition de son foyer, son âge, sa personnalité, son niveau de revenus, son éducation, sa façon de consommer avant le défi, ses engagements environnementaux…  ainsi que ses motivations à participer à ce défi.

J’ai choisi de faire mon bilan sous forme de FAQ (foire aux questions) pour partager mon expérience.

Bilan de mon année de Défi « Rien de Neuf » !

  • Quel était mon objectif en participant à ce défi ?

En fait, j’avais plusieurs objectifs et motivations en m’inscrivant à ce défi. Avec ma participation, je voulais :

    • faire un point précis de ma consommation et voir si mon impression correspondait à la réalité
    • découvrir d’autres modes de consommation meilleurs pour l’environnement,
    • adopter petit à petit de nouveaux réflexes d’achat,
    • grossir le nombre de participants afin d’envoyer un signal aux industriels, aux lobbies et aux politiques,
  • Quel type de consommatrice étais-je avant ce défi ?

Il n’y a pas vraiment d’avant/après ce défi dans ma façon de consommer, car de nature je suis plutôt une consommatrice modérée, réfléchie et raisonnable.

Mes achats d’objets et de biens d’équipements sont d’abord une réponse à un besoin plutôt qu’à une envie le plus souvent accompagné d’une réflexion. A l’opposé donc des achats coup de cœur ou compulsifs.

  • Quels étaient mes réflexes d’achat avant ce défi ?

Avant ce défi, j’avais plutôt un réflexe d’achat de produits neufs dans presque tous les domaines. J’ai toujours privilégié l’achat de produits neufs de bonne qualité afin qu’il dure le plus longtemps possible, que je renouvelle qu’une fois le produit hors d’usage. Par chez moi, les possibilités d’achats d’occasion sont essentiellement des sites comme Leboncoin ou des vide-greniers où l’on trouve essentiellement des objets en plastique sans grand intérêt. Mes achats d’occasions concernaient essentiellement les livres et les jouets pour enfants quand ils étaient petits.

  • Ce défi a-t-il eu un impact sur mon comportement ?

Ce défi a eu un véritable impact au niveau de mes réflexes d’achat car je n’envisageais l’achat neuf que si je n’avais pas trouvé d’autres alternatives, voire je renonçais ou reportais cet achat s’il n’était pas indispensable.

  • Quelles difficultés ai-je rencontré au cours du défi ?

J’ai rencontré essentiellement 2 difficultés :

    • Le décalage temporel entre le désir d’achat et l’achat effectif car contrairement à un achat neuf où il suffit d’aller l’acheter, l’achat non neuf d’un besoin précis demande de l’anticipation et de la patience. L’objet souhaité n’est pas forcément en vente près de chez nous ou en vente sur le vide-grenier que l’on fait.
    • L’offre très limitée de magasins proposant des objets d’occasion. Si les centres commerciaux et les ZAC sont légion par chez moi, trouver un magasin Emmaüs, une recyclerie, une friperie relève du défi ! Zéro friperie, une recyclerie qui a le mérite d’exister et un magasin Emmaüs grand luxe où les meubles vintages sont présentés comme dans un magasin de meubles classique et où clairement les prix sont destinés aux bobo branchés !

Les difficultés sont clairement structurelles.

  • Est-ce que ce défi m’a évité l’achat d’objets neufs ?

Oui. Je pense particulièrement aux affaires de ski qui m’ont été prêtées/données car mon entourage connaissant ma participation à ce défi me les a proposées. Sans ce défi, mon entourage ne me les aurait pas proposées et ces affaires de ski auraient été achetées neuves.

  • Pourquoi ai-je acheté des objets neufs alors que j’aurai pu trouver des alternatives au neuf ?

Si grâce à ce défi, j’ai adopté de nouveaux réflexes d’achats en privilégiant les alternatives aux achats neufs :

    • je n’ai pas pour autant perdu ma logique d’achat neuf. J’ai ainsi remplacé ma tondeuse à gazon vieille de 10 ans et non réparable par une tondeuse neuve selon ma logique d’achat décrite plus haut car je pense l’utiliser jusqu’à la fin de sa vie soit au minimum 10 ans, voire plus.
    • j’ai conservé des freins à l’achat d’occasion pour certaines catégories d’objets comme les vêtements ou les chaussures pour des raisons d’hygiène je présume. Je suppose que ces freins sauteraient si j’étais dans le besoin ou si j’étais une militante écologique.
  • Ce défi va-t-il modifier mon comportement de façon durable ?

Évidemment car ma participation au Défi Rien de neuf avec pour objectifs de découvrir de nouveaux modes de consommation, d’adopter de nouveaux réflexes de consommation s’inscrit avant tout dans une démarche de réduction de mon empreinte écologique et de faire sa part de Colibri.

  • Ai-je communiqué autour de ce défi ? Ai-je expliqué ma démarche aux autres ?

Les réseaux sociaux sont des lieux où l’on peut se rendre compte que l’on est pas seul(e) dans sa démarche de réduction des déchets, de biens de consommation, de biens neufs… car dans le monde réel, mes connaissances (amis, voisins, collègues…) sont plutôt dans une démarche de consommation voir surconsommation sans se soucier des déchets qu’ils génèrent. Je n’ai donc pas vraiment communiqué sur ce défi et ma démarche, hormis envers mes proches et les lecteurs de mon blog. En tous les cas, pas plus ni moins qu’avant ce défi car je n’ai pas l’âme d’une militante écologique mais plutôt l’âme d’un Colibri qui fait sa part. A la fois dans les actes et dans la diffusion d’informations. Cette dernière, je la fais, entre autres, au travail à l’heure du café où je demande qui a vu telle émission ou tel documentaire, qu’en général je suis la seule à avoir vu mais mes collègues apprécient que je leur fasse un résumé. J’ai l’espoir que toutes ces petites graines semées les amèneront à réfléchir et à agir un jour.

  • Quelles sont mes astuces pour limiter l’achat neuf ?

Voici une liste non exhaustive d’astuces et d’idées limitant l’achat neuf :

    • Éviter la tentation :
      • ne pas faire du lèche-vitrine son activité du samedi après-midi
      • se désabonner d’un maximum de cartes de fidélité ou sites de ventes privées afin de ne pas succomber à toutes les opérations alléchantes
      • apposer un « stop pub » sur sa boîte aux lettres, les prospectus sont là pour susciter l’envie, le coup de cœur, le besoin
    • Privilégier le partage :
      • s’abonner à la bibliothèque pour profiter d’un livre ou d’une revue que vous ne lirez qu’une seule fois
      • s’abonner à la ludothèque pour varier les jeux de sociétés ou pour tester ceux qui nous plaisent le plus et acheter ces derniers d’occasions
      • emprunter un livre dans une boîte à livres ou un objet dans une boîte à dons
      • emprunter ou louer l’outil ou l’objet qui ne vous servira que très rarement au lieu de l’acheter neuf
      • mutualiser l’achats d’outils entre amis, voisins ou en famille
    • Prolonger la vie des objets :
      • réparer ce qui est réparable
      • conserver et utiliser ses objets jusqu’à la fin de leur vie
      • recycler ses vêtements si l’on est couturière ou créative
      • déposer ses vêtements dans une borne à vêtements où ils seront revendus en friperie ou transformés et valorisés (en isolant par exemple)
      • se demander où va finir l’objet que l’on veut remplacer alors qu’il est encore utilisable car lorsque l’on sait qu’il va être soit incinéré soit enfui, dans tous les cas il va polluer, on relativise et l’on reporte à plus tard son remplacement

Cette année de défi a été une très bonne expérience ! J’ai choisi de ne pas participer au défi 2019, mais cela ne change en rien mon engagement pour limiter l’achat neuf ! Je continuerai à chercher une alternative au neuf car celui-ci doit devenir une exception !