Un Trop-Top à empiècement !

Ce mois-ci, le thème du défi « 2016 en Trop-Top » était de coudre une blouse bohème ou une blouse à empiècement. Même si la blouse bohème d’Ivanne  me plait beaucoup, j’ai choisi de coudre une version A avec un empiècement.

Côté tissu, j’ai fait d’une pierre deux coups sans que cela soit prémédité. D’un côté, je me demandais quels tissus j’allais bien pouvoir utiliser pour ce Trop-Top et de l’autre je me demandais comment recycler le tissu fleuri qui avait servi à faire un Plantain manches courtes en refaisant un autre tee-shirt manches courtes sans qu’il ne ressemble au premier. C’est là que j’ai eu l’idée d’un empiècement pour le différencier puis l’idée d’en faire un Trop-Top est devenue une évidence.

Côté tissu, j’ai associé au jersey fleuri une dentelle plumetis extensible. J’ai hésité avec une très jolie dentelle à fleurs jaune mais après réflexion, cela aurait fait trop de fleurs et comme j’ai l’intention de le porter avec une jupe blanche ou un pantalon blanc, un plumetis blanc me paraissait plus harmonieux.

Côté patron, je suis partie de la version A que j’ai comme d’habitude modifiée en prolongeant la ligne d’épaule (32), en redessinant l’encolure, en prolongeant de la poitrine (34) vers le bas (40). Ensuite, j’ai mesuré la hauteur pour que l’on ne voit pas le soutien-gorge (hormis les bretelles) ni devant ni derrière, puis j’ai tracé à main levée une courbe délimitant les deux parties (en respectant l’angle droit à la pliure comme le préconise Ivanne dans son tuto de la blouse bohème). Au moment de la découpe, j’ai prévu des marges plus importantes aux épaules pour les coutures anglaises et j’ai agrandi un peu en largeur la partie haute ayant un doute sur l’extensibilité de la dentelle.

Voici donc ma deuxième réalisation de mon opération déstockage de jersey et mon Trop-Top à empiècement :

Deux versions pour un même tissu : Plantain (version initiale) & Trop-Top (version déstockage) !

Pour voir les versions Trop-Top des autres défieuses, c’est sur le blog collectif « 2016 en Trop-Top, le défi » !

Rendez-vous le 30 Juillet pour découvrir ma première version de l’été dont le thème de Juillet/Août est de coudre 1 ou 2 réalisations parmi une marinière Trop-Top, une robe de plage Trop-Top ou un Trop-Top de son choix à glisser dans sa valise !

Patron : TROP-TOP d’Ivanne S – Version A –  Taille 32/34/40  – Patron pdf à télécharger Femme (du 32 au 54) ou Fille (du 1 au 12 ans)

Fournitures : jersey fleuri et dentelle plumetis (Eurotissus)

Modifications : j’ai redessiné le patron en modifiant la ligne d’épaule, l’encolure, la forme du devant et du dos (légèrement trapèze), en limitant avec une ligne arrondie la partie haute (empiècement) et la partie basse (jersey)  et en ajustant l’ensemble sur plusieurs tailles (32/34/40)

Publicités

La plage et ses galets !

Comme tout le monde, par ce temps automnal, j’ai des envies de plage, car qui dit plage dit chaleur et soleil, tout ce qui nous manque depuis des semaines !

Ce mois-ci, pour le défi Le 27 c’est Pinterest, j’avais prévu de peindre des légumes sur des galets inspirée par cette épingle. Oui mais après des semaines de pluie et de mauvais temps, j’ai eu énormément de pertes dans mon potager et donc plus besoin de mes galets pour décorer le potager !

J’ai donc abandonné le projet des légumes mais pas celui des galets peints. Je suis partie d’une autre épingle pour assouvir mon envie de soleil !

Pour patienter jusqu’aux vacances, voici ma petite plage de galets :

Viva la Playa !

Sans oublier la glace triple !

Ma valise est prête : 2 maillots de bain et une paire de tong assortis !

Les rayures et les pois sont intemporels !

Et le mot de la fin :

Les dessins ont été faits avec des feutres Posca, les mêmes que ceux utilisés pour ma décoration de Noël ! Si sur le verre c’est effaçable, sur les galets c’est indélébile.

De mes vacances, je ramènerai d’autres galets pour de futures créations !

Pour aller voir les créations des autres défieuses c’est ici !

CardaMom version tee-shirt !

Voici la première réalisation de mon opération déstockage de chutes de jersey ! J’ai choisi de commencer avec le tissu fin et peu extensible qui avait servi à mes débuts en couture à coudre un Plantain à manches longues :

Mon 2e Plantain !

Pour le patron, j’ai opté pour le CardaMom de Christelle Beneytout, déjà cousu deux fois dans sa version robe (ici en robe été et là en robe de demi-saison) mais encore jamais réalisé en version tee-shirt. Pour réveiller le motif, j’ai coupé la bande d’encolure dans un jersey noir et ajouté une bande noire aux hanches.

Place aux photos :

1 tissu – 2 versions : Plantain (version initiale) / Cardamom (version déstockage) !

J’aime beaucoup cette seconde réalisation qui a du peps et que je pense porter tout l’été avec une jupe ou un pantalon blancs !

Patron : « Je couds CardaMom » de Christelle Beneytout (pdf) – Taille 40 (du 36 au 48) – marges de couture de 0.8 cm comprises – niveau débutant

Fournitures : Jersey à fleurs grises, noires et blanches & Jersey noir uni (Eurotissu) – Élastique transparent Framilastic (renfort coutures épaules)

Modification : Ajout d’une bande de hanches

Enregistrer

Enregistrer

Le délicat problème des chutes !

Comme j’achète mes tissus au coup par coup, en général pour un projet précis ou parfois sur un coup de cœur, je n’ai pas vraiment de stock. Oui mais voilà, au bout d’un an et demi de couture, je me retrouve confrontée au délicat problème des chutes ! Je parle de chutes suffisamment grandes pour réaliser un second projet. Un reste de tissu uni pourra facilement être réutilisé mais que faire d’un imprimé sans avoir deux vêtements semblables !

J’ai décidé de faire l’inventaire de mon stock de chutes de jersey et de me lancer dans une opération de déstockage ! J’ai répertorié 7 tissus :

En partant du haut vers le bas de la pile de tissus :

  1. Tissu ayant servi (début 2015) côté face au Badiane de ma Maman qui sera donc utilisé côté pile. Là pas de problème de doublon mais plutôt dans le choix du patron à utiliser car les chutes sont petites (H 1m x L 0.42 m pour tailler le corps) mais en jouant à Tétris un projet à manches courtes et plutôt près du corps doit être possible !
  2. Tissu ayant servi à un Plantain manches longues (début 2015). Il reste suffisamment de tissu pour réaliser un tee-shirt à manches courtes. Modèle à déterminer sauf le Plantain bien sûr !
  3. Tissu ayant servi très récemment à un Plantain à manches 3/4. Chute : H 0.90 m x L 1.25 m. Le choix du modèle va être compliqué pour ne pas avoir l’impression d’avoir 2 tee-shirts identiques.
  4. Tissu ayant aussi servi très récemment à un Plantain à manches 3/4. Chute : H 0.85 m x L 1.10 m. Même problématique que le précédent.
  5. Tissu ayant servi à un Plantain à manches courtes (Eté 2015). Chute : H 0.50 m x L 1.50 m. Jersey très fin donc un projet manches 3/4 pour été frisquet ou manches courtes avec la problématique du doublon.
  6. Tissu ayant servi (début 2015) à un Plantain à manches longues. Chute : H 0.90 m x L 0.45 m. Je vois bien un Top à bretelles.
  7. Tissu ayant servi à un tee-shirt Ondée à manches 3/4. Chute : H 1.25 m x L 0.70 m. Tissu fin et sans tenue. Les rayures sont horizontales et non verticales comme pourrait le laisser penser la photo. A mixer avec du jersey noir pour mettre en valeur l’imprimé un peu terne comme pour le Ondée. Plutôt pour un projet Automne Hiver bien que je ne suis pas sûre d’avoir assez de tissu pour faire des manches.

Les projets initiaux en photos (sauf le tissu n° 1 qui sera traité sur l’envers du tissu) : 5 Plantains et 1 Ondée !

Je vais commencer avec le tissu n° 2 (projet initial photo 1) dans un patron déjà réalisé plusieurs fois mais encore jamais cousu dans sa version tee-shirt … A suivre !

Pour les autres, si vous avez des suggestions (patrons, associations…) je suis preneuse !

L’arabe du futur de Riad Sattouf (tomes 1 et 2)

C’est après avoir vu Riad Sattouf faire la promotion du tome 2 à la télévision que j’ai eu envie de lire l’Arabe du futur 1 et 2. Son humour et son talent de conteur se retrouve dans cette bande dessinée autobiographique qui relate son enfance (2 à 12 ans) au Moyen Orient.

Riad Sattouf est né en 1978 d’une union mixte entre une Bretonne et un Syrien. Ses parents se sont rencontrés lors de leurs études. Après une thèse en histoire contemporaine et une recherche de travail infructueuse, son père trouve une place de professeur à l’université de Tripoli. C’est ainsi que débute son enfance au Moyen Orient, d’abord en Lybie puis en Syrie.

La première chose qui interpelle, c’est la chromatologie du livre. L’auteur a utilisé un code couleur selon le lieu où se déroule l’histoire : bleu pour la France, vert pour Jersey, jaune pour la Lybie et rose pour la Syrie. L’encre de Chine et cette monochromie mettent en valeur un dessin simple mais efficace et ultra-expressif.

Dans le premier tome, Riad Sattouf raconte la rencontre de ses parents, leur arrivée et leur vie en Lybie au début des années 80. Un pays de dictature et de propagande où la propriété privée n’existe pas et où la nourriture est offerte par le régime sous forme de rationnement et avec très peu de variété. Les maisons ne ferment pas à clé sauf de l’intérieur et qu’il ne faut surtout pas laisser inoccupées quelques heures sinon d’autres se les approprient. C’est ainsi que pendant les deux années où ils vécurent en Lybie, ils n’ont jamais fait de sortie en famille. Lorsque Kadhafi promulgue de nouvelles lois obligeant les gens à échanger leur emploi, son père décide qu’il est temps de quitter la Lybie. Après un passage en Bretagne, la famille s’installe alors en Syrie dans le village natal de son père. La vie en Syrie n’est pas très différente de celle de Lybie, seule le visage du dictateur change sur les affiches. Riad, petit blondinet, se fait traiter de juif par ses cousins.

Dans le deuxième tome, Riad Sattouf a grandi, il n’est plus simple observateur mais devient acteur de son histoire tout en relatant la vie des adultes qui l’entourent. Il raconte surtout sa vie d’écolier en Syrie ainsi que sa vie avec ses parents (famille du père, amitié avec un général…). Cette première année d’école est pour lui un grand changement. Les deux pages ci-dessous en disent long sur son premier jour d’école et le souvenir qu’il en a conservé !

Le ton humoristique et le mode de narration choisi (à travers les yeux d’un enfant) lui permettent de traiter de nombreux sujets (mariage mixte, chocs des cultures, dictatures, traditions, honneur, famille…) sans jugement ni clichés. Ce qui m’a le plus surpris c’est le climat permanent de haine et de violence et notamment les sévices corporels infligés aux enfants.

Malheureusement, la série comportera 3 tomes, le dernier n’étant pas encore paru. Ce dernier tome me semble prometteur car il retracera sa vie en Syrie de 7 à 12 ans avec entre autre l’épisode de sa circoncision, moment important et traumatisant de son enfance auquel il a consacré une bande dessinée.

Un témoignage sur une époque de l’Histoire d’une partie du Moyen Orient qui est en ce moment en plein bouleversement. A découvrir !

L’arabe du futur
Bande-dessinée autobiographique en 3 tomes de Riad Sattouf
Parue chez Allary Editions
Tome 1 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1978 – 1984)
Tome 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984 – 1985)

Tome 3 à paraître

Cake Rhubarbe-Framboise !

J’ai la chance d’avoir un plant de rhubarbe très productif, ce qui me permet de faire plein de gâteaux à la rhubarbe ! Un différent à chaque fois pour varier les plaisirs.

On associe souvent la rhubarbe avec la fraise, une valeur sûre testée entre autres avec mon Fraisier. Je me suis demandée si l’association rhubarbe-framboise fonctionnerait aussi bien. J’ai fait le test avec un cake et ça matche ! Voici donc une recette rapide et simple pour un cake léger et humide.

J’ai utilisé des framboises surgelées (restes de ma dernière Marquisette à la framboise) car les framboises du jardin sont formées mais loin d’être mûres.

Un cake qui sent bon l’été qui approche !

Cake « Rhubarbe-Framboise »

Ingrédients :

  • 150 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 125 g de sucre glace
  • 3 œufs
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 125 g de framboises
  • 125 g de rhubarbe épluchée

 

Préparer tous les ingrédients sauf les fruits s’ils sont surgelés.

Nettoyer et éplucher la rhubarbe puis la couper en petits dés. Réserver.

Préchauffer le four à 180°.

Faire ramollir le beurre coupé en morceaux 1 minutes 30 au micro-onde à 90W.

Au robot, battre le beurre mou et le sucre glace, puis ajouter un à un les œufs (mélanger entre chaque œuf). Ensuite, incorporer la farine et la levure.

Retirer le bol du robot et incorporer la rhubarbe en mélangeant délicatement avec une maryse puis ajouter les framboises.

Verser dans le moule à cake légèrement beurré et enfourner pour 50 minutes à 180°.

Laisser tiédir avant de démouler, puis laisser refroidir totalement avant de le déguster !

 

Un Châtaigne… enfin !

Je dis « enfin » car il a été coupé dans la foulée de ma jupe Châtaigne que j’ai portée et reportée tout l’hiver ! Parfois en couture, on a un projet « boulet » qu’on traîne pendant longtemps, qu’on laisse de côté, qu’on reprend, que l’on délaisse à nouveau, etc … ! Ce n’est ni le patron qui est en cause ni le tissu car c’est exactement le même que pour la jupe mais la faute au manque de luminosité de fin d’automne ! L’envers et l’endroit du tissu sont très proches mais pas semblables, du coup j’ai passé beaucoup de temps à savoir quel était l’endroit de l’envers que je ne me suis pas occupée du sens des pièces ! Au moment de l’assemblage de la fourche, je me suis retrouvée avec 2 dos identiques ! Gggrrrr ! Je le mets dans un coin en attente ! Quelques semaines plus tard, je découds la poche et la recouds dans le bon sens et vais pour assembler les 2 dos et les 2 devants quand je constate que j’ai aussi 2 devants identiques ! Ggggrrrr ! Là c’est plus long à défaire et à refaire ! Je le mets de nouveau de côté pour de longues semaines, j’ai même eu envie de le mettre à la poubelle !

Pendant ce temps, je lis sur internet qu’une couturière qui avait commencé par coudre le short puis la jupe ne comprend pas pourquoi elle est toute serrée dans la jupe alors que le short lui va très bien ! Photos et dessins à l’appui elle explique que la jupe est plus étroite que le short ! Du coup, moi qui flotte dans ma jupe et l’enfile sans utiliser la fermeture éclair je réalise que mon short va être trop grand ! A ce moment là, il a été à 2 doigts de finir à la poubelle ! Mais j’ai voulu aller jusqu’au bout en me disant que s’il n’était pas portable il ferait office de toile !

Je décalque les pièces dans la taille en dessous, découds le montage d’un devant et découpe les pièces dans la taille en dessous ! Ensuite, ma première fermeture éclair invisible posée s’est séparée en deux, impossible de la remettre dans ses rails ! Donc dépose et repose pour constater qu’au final j’enfile mon short sans défaire la fermeture éclair, le tissu étant élasthanne !

Malgré toutes ces péripéties, il est enfin terminé mais je le trouve un peu court pour aller travailler avec ! Peut-être l’hiver avec un collant opaque.

Place aux photos, porté avec mon Painted Roses d’Ottobre que j’aime beaucoup :

Patron : Short Châtaigne de Deer and Doe Taille 38 – Niveau débutant – Patron disponible en pochette (34 au 46) – Marges de couture comprises

Fournitures : tissu épais et élastique noir – fermeture invisible