Une Blouse pour débuter le défi Trop-Top !

Voici 4 semaines exactement que l’idée de coudre 12 versions du Trop-Top au cours de l’année 2016 m’est passée par la tête ! En quelques heures, le défi « 2016 en Trop-Top, le défi ! » était né et lancé.

Pour ce défi n° 1, il fallait coudre une des trois versions de base pour faire connaissance avec le patron, vérifier la taille, faire des ajustements…

J’ai choisi de coudre la version B avec le dos boutonné car coudre une version A ou C en jersey c’était plutôt rester dans ma zone de confort. Et puis c’était l’occasion de réaliser une patte de boutonnage avec des boutons…

Une petite virée chez mon marchand de tissu et je suis revenue avec deux viscoses coup de cœur. Un bordeaux avec les libellules qui a servi à confectionner ma blouse Pam et un viscose très fluide et léger dans des tons printaniers (style marin avec des fleurs) pour ma blouse Trop-Top.

Pour la taille, j’ai hésité entre le 40 (ma taille habituelle) et le 42. J’ai superposé le patron du Pam et celui du Painted Roses sur le Trop-Top pour comparer. Comme j’avais un doute sur le 40, j’ai préféré couper dans le 42 quitte à ajuster car quand c’est trop petit on ne peux rien faire. Au final, j’aurai dû choisir le 40 car c’est trop grand et du coup, je vais devoir le reprendre.

J’ai joué à Tétris pour réussir à caser mes pièces dans les 2 mètres de tissu que j’avais pour obtenir un beau motif centré sur le devant et que les rayures soient au même niveau.

J’ai entoilé la patte de boutonnage pour la rendre plus résistante à cause des boutons mais par contre j’ai choisi de ne pas entoiler la parmenture de peur que même avec un entoilage très fin cela fasse un effet cartonné.

Ce n’est ni par peur des boutonnières ni par flemme que j’ai mis des boutons pressions mais parce que j’attendais que se présente un projet où je pourrai enfin tester la pince Kam et l’une des 10 couleurs de boutons que j’ai acheté il y a quelques temps déjà. J’avais le choix entre les pressions bleu marine ou les rouges, c’est les rouges pétantes qui ont gagné.

Enfin, j’ai modifié le bas en raccourcissant le devant de 5 cm et en enlevant l’arrondi, aligné le dos sur le devant qui normalement est asymétrique (dos plus long et arrondi).

Place aux photos :

Pour voir les réalisations des autres défieuses Trop-Top c’est sur le blog collectif « 2016 en Trop-Top, le défi » !

Maintenant, je n’ai plus qu’à m’atteler au défi de février et vous donner rendez-vous le 29 février pour découvrir ma version du  « Pull Trop-Top » !

Si vous voulez rejoindre le défi c’est possible !

Patron : TROP-TOP d’Ivanne S – Version B – Dos boutonné – Taille 42 (trop grand à reprendre) – Patron pdf à télécharger Femme (du 32 au 54) ou Fille (du 1 au 12 ans)

Fournitures : viscose légère marinière à fleurs (Eurotissus) – Entoilage très fin – Boutons pressions rouges

Modification : j’ai retiré 5 cm et l’arrondi inversé au devant, aligné le dos qui normalement est plus long que le devant et arrondi.

Publicités

Les cadeaux de Noël « Home Made » !

Je vous avais déjà montré les cadeaux de Noël cousus main (le tee-shirt Loose et le gilet Cannelle à poches), voici maintenant les cadeaux de Noël « Home Made », tous inspirés par Pinterest que je gardais pour ma participation de janvier au défi « Le 27, c’est Pinterest » !

Des objets utiles et décoratifs :

  • Un pot à crayon :

Épinglé ici et trouvé , un pot à crayons « geek des années 80 » fabriqué avec 5 vieilles disquettes !

J’ai utilisé les trous existants (en bas) pour passer les fils et demandé à mon mari de m’en faire d’autres (en haut). Avec ma fille, on les a relié ensemble (une qui tient et l’autre qui passe les fils).

  • De la vaisselle en porcelaine peinte à la main :

Pour les tasses, je me suis inspirée de cette épingle trouvé ici.

J’ai acheté les 2 tasses, le repose-sachet et un feutre spécial porcelaine dans un magasin de loisirs créatifs.

Une fois le dessin réalisé, il faut laisser sécher à l’air 24 heures puis passer au four à 150° pendant 35 minutes.

  • Une tasse à café :

  • Une tasse à thé et un repose-sachet :

  • Une composition de succulentes :

Réalisée d’après cette épingle trouvée .

J’ai acheté le pot en verre, la terre spéciale cactées, les plants de succulentes et les petits graviers violets en jardinerie pour faire ma composition moi même. J’aurais aimé avoir plus de choix dans les variétés de succulentes. J’en ai vu de superbes sur internet alors que ma jardinerie en proposait seulement huit et assez similaires.

Si vous voulez découvrir les créations des autres défieuses, c’est sur le blog collectif « Le 27, c’est Pinterest » !

Le lancement du défi couture « 2016 en Trop-Top » m’ayant occupé tout le mois de janvier et m’occupera une partie de février, ma participation du 27 février risque d’être moins créative !

Crêpes ou galettes garnies « Jambon-poireau » pour la Chandeleur !

Dans moins de 10 jours, ce sera la fête des lumières : la Chandeleur ! C’est donc l’occasion de vous proposer une recette de crêpes ou galettes garnies au jambon et à la fondue de poireaux. Le jambon pourra être remplacé par du saumon fumé.

A déguster en crêpes ou en galettes selon vos goûts et vos envies. La recette de pâte à crêpes que je vous propose n’a pas besoin de reposer et peut donc être faite à la dernière minute. De plus il en restera et vous pourrez faire des crêpes pour le petit-déjeuner ou le goûter du lendemain. Une fois les crêpes salées terminées, ajoutez 1 bouchon de rhum à la pâte, les crêpes sucrées seront bien meilleures ! Mais avec une galette au sarrasin, cela fait plus crêperie ! A vous de voir !

Fondue de poireaux :

Ingrédients :

  • 1 botte de poireaux (env. 1kg)
  • 2 oignons ou échalotes
  • 25 g de beurre
  • 1 cas d’eau
  • càs de crème fraîche épaisse
  • Sel & poivre

Bien nettoyer les poireaux, les débarrasser des racines et du vert épais et dur.

Couper les poireaux en 2 puis les fendre en 2 dans la longueur et couper des tronçons d’1 cm environ.

Éplucher et émincer les oignons ou les échalotes.

Faire revenir les oignons ou les échalotes dans un petit peu de beurre.

Quand ils deviennent translucides, ajouter le reste du beurre et verser les poireaux.

Réduire le feu, ajouter 1 càs d’eau, couvrir et laisser mijoter à feu doux une vingtaine de minutes tout en remuant de temps en temps.

Préparer la pâte à crêpes pendant qui la fondue de poireaux cuit.

A la fin de la cuisson, ajouter la crème fraîche, saler et poivrer.

Pâte à crêpes :

Ingrédients :

  • 500 g de farine
  • 6 œufs
  • 1 litre de lait
  • 100 g de beurre
  • Pincée de sel

Préparer et peser tous les ingrédients.

Dans un grand bol, casser les œufs et les battre en omelette.

Mettre la farine dans un grand saladier, former un puits et y verser les oeufs battus en omelette sans mélanger.

Verser un tiers du lait et mélanger délicatement au fouet. Ajouter le reste du lait en plusieurs fois. Bien mélanger.

Si des grumeaux persistent, donner un coup de mixer plongeant.

Faire fondre le beurre au micro-ondes 2 minutes à 350 W et le verser sur la pâte à crêpes. Bien mélanger.

La pâte est prête à être utilisée !

Crêpes ou galettes garnies au jambon et à la fondue de poireau :

Ingrédients :

  • 12 Galettes au sarrasin ou de la pâte à crêpes
  • 4 tranches de jambon
  • Fondue de poireaux

Verser de la pâte à crêpes dans une poêle ou sur une crêpière ou réchauffer une galette au sarrasin du commerce.

Retourner la crêpe ou la galette et la garnir d’une demi tranche de jambon et de fondue de poireau.

Refermer la crêpe ou la galette, faire dorer des 2 côtés.

Servir et déguster !

Et « Pam » un coup de cœur !

Le dernier numéro de La Maison Victor (janvier-février 2016) propose plusieurs modèles intéressants : le manteau Amber (veste courte en fausse fourrure), le gilet Thelma (veste ample de mi-saison à manches raglan), la jupe Rachel (un petit air de Chardon), la chemise Cliff (pour homme avec une découpe originale dans le dos), le blouson Ramon (pour garçon genre Teddy), le manteau Noé (version petite fille de la très populaire Chloé) et le Top Pam !

Le top Pam, c’est mon petit coup de cœur de ce magazine avec le manteau court Amber. Mais pour ce dernier, encore faut-il trouver la fausse fourrure idéale ! Comme il est plus facile de trouver un crêpe ou un viscose, surtout qu’en cherchant du tissu pour mon Trop-Top de janvier j’en avais repéré plein, c’est le Pam qui a été cousu en premier !

Le Pam c’est donc une petite blouse, pour débutantes, toute simple avec une encolure légèrement décolletée qui se ferme avec des liens.

Pour la taille, comme La Maison Victor taille grand, j’ai choisi de faire un 38 et c’est parfait.

Côté tissu, mon choix c’est porté sur un viscose « coup de cœur » ! Un joli bordeaux avec des libellules blanches et bleu marine.

Je n’ai fait aucune modification. Rapide et facile à coudre, la seule difficulté que pourrait rencontrer une débutante c’est la pointe du décolleté (là mon expérience du col en V croisé du Carvi m’a bien servi !).

Place aux photos :

Portée avec ma jupe Châtaigne :

Dehors ou dedans !

En trio Home Made avec mon gilet Cannelle !

A la mi-saison, je mettrai ma veste « Cheri » pour un total look Home Made !

Je sens qu’elle va être portée et reportée cette petite blouse Pam !

Patron : Top « Pam » du magazine La maison Victor – Édition 1 / janv-fév 2016 – Niveau débutant – Taille 38 (existe du 34 au 56) avec marge de couture de 1.5 cm.

Fourniture : viscose bordeaux à motifs libellules blanches et bleu marine.


Pour celles qui voudraient rejoindre les 13 défieuses Trop-Top déjà inscrites pour le défi Trop-Top de février et participer au choix du thème n°2 en faisant leur proposition, c’est le moment et c’est ici !

Raclette du Vercors (et un gratin avec les restes de fromages)

Les frimas de l’hiver sont arrivés vendredi et nous ont donné l’envie de faire un raclette ce week-end. La première de l’année mais aussi de l’hiver mais il faut dire qu’il n’a vraiment commencé que ce week-end !

J’ai eu envie de partager avec vous cette raclette du Vercors car peut-être que certain(e)s d’entre vous ne connaissent pas, ainsi que ma recette de gratin de pâtes pour utiliser les restes de fromages à raclette mais qui peut-être réalisé indépendamment avec d’autres fromages.

Raclette du Vercors :

Ingrédients :

  • 800g de Raclette nature
  • 1 part de Bleu de Sassenage (à défaut un bleu d’Auvergne, une fourme d’Ambert…)
  • 2 Saint Marcelin (les petits plus doux) ou 1 Saint Félicien (le gros plus fort)
  • Pommes de terre
  • Charcuterie
  • Cornichons
  • Crudités

Cuire des pommes de terre en robe des champs.

Disposer les fromages et la charcuterie sur des plats.

Chacun mettra à fondre dans son poêlon 1 tranche de raclette avec un morceau de bleu et de Saint Marcelin ou Saint Félicien. A déguster avec les pommes de terre et la charcuterie. Sans oublier les cornichons (dont le vinaigre aide à digérer), les crudités et un bon verre de vin blanc de Savoie par exemple (avec modération bien sûr).

Gratin de pâtes aux fromages :

Ingrédients :

  • 500g de pâtes
  • Fromages
    • Reste de raclette du Vercors (raclette, bleu, saint Marcelin ou Saint Félicien)
    • Ou autres fromages (Camembert, bleu, chèvre, comté…)
  • Crème fraîche (2 à 3 cas bombée)
  • Poivre
  • Lardons ou jambon (dés ou tranches) (facultatif)

Cuire les pâtes le temps indiqué sur le paquet.

Pendant la cuisson, couper les 3/4 des fromages en dés ou morceaux (pour fondre à l’intérieur du gratin) et 1/4 en tranches (pour gratiner sur le dessus). Faire revenir les lardons ou couper le jambon en morceaux s’il est en tranche.

Préchauffer le four à 210°.

Égoutter les pâtes puis les remettre dans la casserole. Hors du feu ajouter la crème fraîche. Poivrer. Ajouter les morceaux de fromages, les lardons ou les dés de jambon, mélanger et verser dans un plat à gratin. Disposer les tranches de fromages sur le dessus.

Enfourner environ une vingtaine de minutes afin que le fromage soit bien fondu à l’intérieur et bien gratiné sur le dessus.

Bon appétit !

Cadeau de Noël cousu main : le Gilet !

Pour aller avec son tee-shirt, cadeau de Noël cousu main n°1, j’ai cousu un gilet Cannelle à ma maman. Elle ne s’y attendait pas du tout et la surprise a été encore plus grande car j’avais rusé en emballant le gilet dans une boîte à chaussures sinon au toucher (mou) du cadeau elle aurait reconnu un vêtement.

C’est mon 7ème Cannelle mais celui-ci n’est pas comme les autres ! Il a des poches ! Début décembre, Christelle Beneytout a publié un tuto (vidéo) sur son blog pour ajouter des poches plaquées au gilet Cannelle (gabarit téléchargeable gratuitement). C’était donc l’occasion rêvée de tester ce petit plus.

J’ai choisi le même jersey Milano prune que pour celui que j’ai cousu à ma fille (en taille 16 ans). Étant un peu frileuse, elle préfère pour le moment porter celui que je lui ai offert à Noël dernier en maille merveilleuse qui forcément est plus chaud et portera celui-ci au printemps.

Pour la taille, j’ai opté pour le 40 (le précédent était un 38) pour une bonne aisance avec les manches kangourou du tee-shirt.

Place aux photos :

Patron : « Je couds Cannelle » de Christelle Beneytout (pdf ou papier)– Niveau débutant – Marges de 0.7 cm comprises – Taille 40

Fournitures : Jersey Milano Violet Prune (Eurotissu) – Élastique transparent Framilastic (renfort coutures épaules)

Modification : J’ai fait le col de la version A avec les finitions (roulotté) de la version B.


Pour celles qui auraient raté cet article, il est encore tant de découvrir et participer au défi « 2016, en TROP-TOP, le défi ! »

Le principe : coudre 12 versions différentes du patron TROP-TOP d’Ivanne S au cours de l’année 2016. Un tee-shirt, une blouse, un sweat, un gilet, une robe… en version manches longues pour cet hiver ou manches courtes pour l’été prochain.

Si vous avez peur de l’engagement sur 12 mois ou de ne pas adhérer à tous les thèmes ou encore si vous n’êtes pas sûre d’avoir le temps certains mois ? … Aucune obligation de faire les 12 défis !

Idem, si vous souhaitez après coup participer au défi et qu’il est déjà commencé, vous pourrez vous inscrire et nous rejoindre en cours de route !

Ce défi s’adresse aux couturières de tous niveaux. Si vous êtes débutante et que vous hésitez, lisez cet article. Les couturières confirmées, outre des finitions parfaites pourront faire des interprétations personnelles du patron.

Découvrez les réalisations que l’on peut faire avec le patron du TROP-TOP :

Alors intéressée pour relever ce défi ? Inscrivez-vous (ici), devenez une « défieuse TROP-TOP » et rejoigniez les 8 défieuses déjà inscrites (et ce n’est pas fini !) !

Le journal de mon père de Jiro Taniguchi (trilogie)

Après une pause forcée de quelques semaines en raison d’une fin d’année chargée, j’ai repris le chemin de la lecture avec un manga de Jiro Taniguchi. Oui je sais, je crois que je suis devenue accro ! Après les 1 500 pages du « Sommet des dieux » en lecture inversée, « le journal de mon père » est un petit plaisir rapide à lire.  Son format est celui d’une BD classique en 3 parties qui se lit à l’occidentale.

Le grand incendieLa séparationL'apaisement Il est structuré en chapitres, chaque chapitre a un titre et est illustré par un grand et unique dessin, ici le dessin représente des photos souvenirs posées les unes sur les autres.

Au fil des pages, les vues d’ensemble et les gros plans, les formats paysage, portrait, toute largeur, petite hauteur, les dialogues et les pensées intérieures… alternent pour mieux traduire l’action, les expressions, les sentiments… Contrairement à ce que pourrait laisser croire la couverture, le manga est en noir et blanc. De par sa structure, son thème du retour au passé et à l’enfance, cette trilogie est très proche de Quartier Lointain.

A l’annonce de la mort de son père, Yoichi Yamashita retourne dans sa ville natale après une très très longue absence. Lors de la veillée funèbre, en compagnie de ses proches, il se remémore son enfance heureuse, le grand incendie et ses conséquences sur sa vie familiale et sur sa destinée. Il comprend alors les raisons de sa fuite, découvre son histoire et son père sous un autre angle. Malheureusement, les regrets sont venus trop tard son père n’est plus là.

Quelques pages choisies :

Le souvenir heureux de l’enfance : Yoichi petit garçon joue aux petites voitures dans le salon de coiffure de son père.

L’incendie qui dura 13 heures et ravagea la quasi totalité de Totorri, dont la maison et le salon de coiffure de ses parents :

Souvenirs de vacances d’été avec son père où celui-ci est présent contrairement au reste de l’année où il travaille tout le temps :

Cette histoire montre l’impact que peuvent avoir des événements sur un enfant en fonction de son âge, de sa personnalité et de l’interprétation qu’il se fait des actions ou non actions de ses parents.

Jiro Taniguchi a choisi sa ville natale Totorri et le grand incendie de 1952 qui avait ravagé la quasi totalité de la ville, comme point de départ. Cette histoire est inspirée de sa propre vie puisque Jiro est resté 15 ans sans retourner dans sa ville natale et sans revoir ses parents. Avec toutefois comme différence le fait que ses parents étaient toujours vivants et en bonne santé à son retour. Il en parle d’ailleurs dans un postface très personnel et émouvant.

Ah les racines ! Un bien ou un mal selon les cas, certains souffrent d’en être éloigné, d’autres les fuit, d’autres encore les subissent mais fort heureusement un bon nombre entretient avec elles une relation harmonieuse.

Pour finir, je dirai que c’est du vrai Jirô Taniguchi : le trait de crayon est beau, fin et très réaliste, les paysages sont magnifiques et les visages très expressifs. Bien dessiné et bien écrit, l’accord est parfait.

A découvrir !

Le journal de mon père

Manga de Jiro Taniguchi

Trilogie parue aux Éditions Casterman en 1999 et 2000

  • Le grand incendie – 96 pages
  • La séparation – 96 pages
  • L’apaisement – 92 pages