Gilet Ottobre gris lurex !

En passant devant un rouleau de maille grise chinée, j’ai tout de suite pensé au gilet que j’avais repéré dans le dernier magazine Ottobre Design. Ce gilet avec un devant drapé et une ceinture composée de 3 pièces cousue dans les coutures de côté étant une bonne alternative pour changer de mes nombreux gilets Cannelle.

Ce gris clair chiné bien lumineux, effet renforcé par la présence du fil lurex, est parfait pour illuminer une tenue noire à la mauvaise saison.

Une cousette sans difficultés, juste un moment délicat pour retourner sans faire de trous dans la maille les morceaux de la ceinture que j’ai cousu pliés en 2 endroit contre endroit et non pliés en 3 sur l’endroit comme préconisé par le magazine.

Si j’avais su, je ne l’aurai même pas cousue puisque je l’ai retirée ! Nouée ou les morceaux pendants cela ne me plaisait pas du tout et c’est bien mieux sans.

Place aux photos :

Patron : Cardigan « Floaty Front » (n° 17) du numéro 5/2017 (Femme Automne/Hiver) d’Ottobre Design – Taille 40 (existe du 34 au 52) – Niveau débutant
Fournitures : maille grise chinée avec fil lurex (Tissus des Ursules) – Élastique transparent Framilastic (renfort épaules)

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Les petits pas du Colibri : le savon !

Comme je le disais dans cet article, j’ai décidé de m’attaquer à tous les objets jetables ou à usage unique de mon quotidien afin de diminuer fortement mon impact écologique en changeant certaines de mes habitudes. Pour cela, j’ai commencé par regarder le contenu de mes poubelles, à identifier mes déchets, leur trouver une alternative et agir !

Ma première action a été dans la salle de bain en remplaçant le gel douche par un pain de savon.

Un retour, non pas au Moyen-Âge comme le pensent certains mais, dans le temps pour moi puisque dans mon enfance, la toilette se faisait avec un savon qui glissait des mains et laissait des traces dans la baignoire ! C’est pourquoi dans les années 70/80, le gel douche avait été accueilli avec un tel enthousiasme à l’époque sans imaginer qu’un jour on reviendrait au savon !

Plus de 35 ans après, le savon a conservé cette mauvaise image et bien qu’il soit à la mode de fabriquer son savon maison, les fabricants de gels douche n’ont pas trop de soucis à se faire en continuant d’attirer les clients avec des parfums toujours plus improbables (crème brûlée, clafoutis aux cerises, caramel beurre salé…) et le manque d’alternatives en supermarché ne risque pas de faire vaciller ce monopole !

Pourquoi le savon est-il plus écologique que le gel douche ?

  • moins de déchets : plus de flacon en plastique le plus souvent non recyclable
  • moins d’eau utilisée : l’eau (aqua) étant l’ingrédient le plus important dans le gel douche
  • moins de transport : plus concentré, le savon occupe environ 1/3 du volume d’un gel douche. A quantité identique, 3 camions seront nécessaires au transport du gel douche contre 1 seul pour le savon.

J’ai acheté le mien en magasin bio car quitte à modifier ses habitudes autant en prendre des nouvelles plus saines en choisissant un savon biologique. Habituée au gel douche hydratant et nourrissant, mon choix c’est porté sur un savon surgras (savon enrichi d’agents nourrissants, de l’huile, qui hydrate la peau en la nettoyant) plutôt que sur un savon classique trop agressif pour l’épiderme qui aurait nécessité un soin hydratant.

Je suis contente de mon choix car mon savon surgras est fabriqué localement et emballé dans un carton recyclable. Et surtout, parce qu’en plus de nettoyer et d’hydrater mon corps il me sert aussi de mousse de rasage. Ainsi, en plus d’avoir une peau plus douce et plus saine, ma poubelle s’est allégée d’un flacon et d’une bombe. Naturellement, ce savon peut aussi trouver sa place dans la cuisine et remplacer le flacon de savon liquide !

A bientôt pour d’autres petits pas du Colibri !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Culottées de Pénélope Bagieu (2 tomes)

Après « la page blanche »  voici « Culottées » de Pénélope Bagieu qui dresse le portrait de femmes qui ne font que ce qu’elles veulent !

Les Culottées ne renoncent jamais, 30 portraits de femmes plus ou moins connues qui ont inventé leur destin et qui ont bravé tous les obstacles pour mener la vie de leur choix ou suivre leur destinée, qui ont fait voler en éclats les préjugés.

Les couvertures colorées donnent le ton avec leurs 9 portraits dessinés :

Culottées 1 – 15 portraits de femmes ayant vécu pour quelques unes il y a fort longtemps comme une reine du Ndongo et du Matamba, , une gynécologue, une impératrice et pour beaucoup d’entre elles aux 19ème et 20ème siècles avec une femme à barbe, une actrice terrifiante, des sœurs rebelles, une amoureuse têtue, une guerrière et chamane, une sirène, une exploratrice danseuse résistante et mère de famille, une peintre créatrice de trolls, une travailleuse sociale, une gardienne de phare, une célébrité.

Culottées 2 – portraits de 15 femmes ayant toutes vécu au 20ème siècle telles que une interprète des animaux, une rappeuse, une athlète, une utopiste réaliste, une auteure-compositrice, une journaliste, une reine des bandits, une rock stars, une volcanologue, une avocate, une actrice et inventrice, une activiste de bonne famille, une miniaturiste du crime, une astronaute, une amoureuse de l’art moderne.

Chaque histoire débute avec une page blanche où figure le nom de la Culottée et sa qualité.

Sur la deuxième page, un portrait encadré de la Culottée avec ses dates de naissance et de mort le cas échéant ouvre la bande dessinée écrite en majuscule, ponctuée d’annotations souvent humoristiques.

Giorgina Reid a trouvé la solution pour stopper l’érosion qui ronge nos côtes !

Chaque histoire possède ses codes couleurs (ci-dessus orange/vert foncé/vert clair/bordeaux) et est clôturée par une double page avec un beau dessin illustrant la femme dont on vient de (re)découvrir l’histoire.

La cousine finlandaise de Ma Cabane en Alaska !

Un joli travail de recherche et de narration pour nous offrir des portraits de femmes qui ont été pour la plupart des précurseurs au destin original, avant-gardiste, célèbre, parfois tragique. Des femmes qui ont écouté leur nature, leurs idées, leurs passions mais aussi des femmes déterminées et en colère contre les injustices. Un panel qui mêle de belles histoires et d’autres plus douloureuses qui montre le chemin parcouru mais aussi celui qui reste à parcourir car la femme n’est pas encore tout à fait l’égale de l’homme dans les pays développés et est encore très loin de l’être dans certaines régions du monde. Un grand merci à Pénélope d’avoir mis toutes ces femmes en avant !

Une édition pour enfants c’est-à-dire une version édulcorée sans les histoires violentes serait un livre d’histoires du soir parfait pour les petites filles ou jeunes filles pour leur montrer que les femmes ont réalisé de belles choses, leur donner confiance en elles et leur ouvrir un monde des possibles !

Culottées 1 et 2

Bandes dessinées de Pénélope Bagieu

Parues aux Éditions Gallimard – T1 en 2016 – 143 pages & T2 en 2017 – 165 pages

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Chemisier Donna !

Voici ma dernière cousette estivale que j’espère pouvoir porter encore quelques fois avant que l’automne s’installe pour de vrai. Il s’agit du chemisier Donna du magazine La Maison Victor de mai-juin 2016. Je l’avais repéré à la sortie du magazine, sans avoir pu le réaliser l’été dernier. Naturellement cette année, il était en tête de liste pour mes projets de l’été 2017.

Munie de ma to do list et du métrage nécessaire pour chaque projet, je suis partie à la chasse aux jolis tissus. Je trouve que les collections printemps-été avec toutes ces couleurs, ces motifs… sont toujours sources d’envies et d’inspiration. Pour réaliser ce chemisier qui rentre dans 1 mètre de tissu, j’ai choisi un crêpe noir avec des grains de riz.

Côté patron, le Donna est un chemisier aéré avec un joli décolleté en V, des revers de manches et une vague sur les côtés.

J’ai lu que beaucoup de couturières qui l’ont cousu à sa sortie avaient rencontré un soucis avec les revers de manches. Ce n’est pas les meilleurs revers de manches que j’ai vu mais je trouve le résultat correct avec mon tissu. Personnellement, j’ai juste rajouter quelques points à la main pour fixer les revers. Mais si je refais ce modèle, je patronnerai de nouveaux revers.

Place aux photos :

La vague sur le côté met de la fantaisie à ce chemisier droit dont l’ampleur nécessite absolument un tissu souple et fluide afin d’éviter l’effet tonneau ! Moi qui aime porter des vêtements ajustés, je trouve ce côté aérien, très ample, agréable à porter et parfait pour les fortes chaleurs.

Patron : Chemisier « Donna » du magazine La Maison Victor – édition 3 – mai-juin 2016 – niveau 2/4 – Taille 38 (existe du 34 au 56)

Fournitures : Crêpe noir motif grains de riz blancs (Mondial Tissus) – Boutons noirs Ø 10 mm

Enregistrer

Enregistrer

La rubrique du Colibri !

Début août, j’écrivais un article intitulé « Petits gestes pour le belle bleue ! » où je vous faisais part de mes gestes quotidiens, de mes petits pas verts pour sauver notre planète, ainsi que ma volonté de faire encore plus en agissant, en plantant des petites graines vertes autour de moi grâce à une nouvelle rubrique sur le blog où il sera question de cousettes, de lectures et de recettes écologiques !

Cette nouvelle rubrique, je l’ai intitulé « Colibri », en référence à la légende du colibri :

La légende du colibri : Faire sa part !

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Affolés, hommes et bêtes fuient en tous sens. Seul un petit colibri, sans relâche, fait l’aller et retour de la rivière au brasier, une minuscule goutte d’eau dans son bec, pour la jeter sur le feu. Un toucan à l’énorme bec l’interpelle : « Tu es fou colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien, ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » . Et le colibri lui répondit : « Oui, je le sais bien, mais je fais ma part. » Interloqué, le toucan commença à faire de même, bientôt imité par dix, cent toucans. Les éléphants s’y mirent… Voyant le manège des animaux, les villageois s’y mirent également… Au bout du compte, il y eut bien quelques plumes roussies et quelques pieds brûlés, mais cette nuit-là, un petit colibri a sauvé la forêt. »

Moralité : il faut agir, faire sa part aussi petite soit-elle, pour inspirer d’autres à prendre conscience de leur pouvoir et agir ! Ainsi la sommes de tous ces petits actes changeront les choses !

Avec cette nouvelle rubrique, j’espère informer et inspirer, car s’il existe de nombreux blogs écolos ou zéro déchets, leurs lecteurs sont pour l’essentiel des personnes qui commencent ou sont déjà dans une démarche écologique du coup ceux qui ne sont pas dans cette optique ne sont pas informés, sensibilisés et donc ne prennent pas conscience de leur pouvoir de changer les choses.

Je ne sais pas vous mais dans la vraie vie, je ne connais pas ou peu de personnes engagées dans une démarche vers le zéro déchets alors que dans la vie virtuelle j’en côtoie beaucoup. Il semblerait que les personnes ayant une démarche écologique se sentent un peu seules et isolées ! J’ai remarqué aussi que le petit monde de la couture est rempli de petits colibris car les couturières échangent beaucoup sur les réseaux sociaux et s’inspirent les unes des autres  et ont l’avantage de savoir coudre !

Cette nouvelle rubrique qui s’est fait une petite place à la fin de la barre de navigation (en haut à droite) et dans le menu latéral (à gauche) va s’articuler au tour de 3 grands thèmes :

  • Les lectures, films et découvertes du Colibri : une rubrique pour s’informer, agir et faire des choix grâce des présentations de livres, de documentaires, de sites internets, de personnes engagées dans le développement durable :
    • best-sellers (Béa Johnson, Colin Beavan…) et autres ouvrages traitant du zéro déchet, d’écologie et de développement durable,
    • livres sur des modèles ou modes de vie alternatifs (agroécologie, la permaculture, simplicité volontaire…)
    • films documentaires (Avant le déluge, Demain….) pour prendre conscience de la situation et découvrir des solutions alternatives
  • Les cousettes, bricoles et trouvailles du Colibri : une rubrique pour coudre, bricoler, imaginer ou détourner des objets afin de rendre ses courses, sa cuisine ou sa salle de bain presque « zéro déchet » :
    • coudre des sacs à provisions, des tote bag, des sacs à vrac, des sacs à pain… pour remplacer les sacs plastiques et les emballages inutiles
    • confectionner des essuie-tout lavables, des tawashis tissés (éponges), des bee’s wrap… pour dire adieu au sopalin, aux éponges, au film étirable, à l’alu, aux sacs de conservation…
    • coudre des lingettes démaquillantes, des serviettes hygiéniques lavables, fabriquer ses cosmétiques ou acheter des produits cosmétiques solides… pour diminuer les déchets, les emballages, économiser du transport et de l’eau
  • Les recettes et livres de cuisine du Colibri : une rubrique pour découvrir une autre façon de cuisiner et de s’alimenter en mangeant moins de viande et de produits animaliers, en consommant plus de végétaux, pour limiter son impact sur l’environnement, avec une sélection de :
    • recettes de cuisine végéta*iennes et de pâtisserie végétale
    • livres de recettes véganes adaptés à des omnivores qui veulent végétaliser leur alimentation
    • produits végétaux tels que le tofu soyeux, les laits végétaux, l’aquafaba… pour faire connaissance en douceur et facilement avec un autre monde culinaire

Sans oublier les articles « Blabla du Colibri » !

A bientôt pour un article du Colibri ! :D)

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Opération déstokage de chutes de jersey : le bilan !

Après avoir publié, il y a quelques jours, mon 7ème et dernier projet de mon opération de déstockage de chutes de jersey, il est l’heure de faire le bilan et surtout un récapitulatif de tous les projets initiaux et de déstockage !

En juin 2016, je constate qu’après 1 an et demi de couture, j’avais accumulé un petit stock de chutes de jersey, suffisamment grandes pour y coudre un deuxième projet. Après les avoir recensées, mesurées, je me suis lancée dans un projet de déstockage et écrit un article sur le délicat problème des chutes car ce ne sont que des imprimés d’où la complexité de faire un deuxième projet sans avoir l’impression d’avoir deux tee-shirts identiques.

A la base, j’avais 7 tissus :

ayant servi à coudre 7 projets initiaux (5 Plantains, 1 Ondée et 1 Badiane) :

Les chutes ont servi à coudre 7 nouvelles versions (1 cardamom, 2 Trop-top, 4 du livre Coudre le stretch) :

Voici en détail les 7 duos réalisés (versions initiales / versions déstockages) :

Cliquer sur le titre des duos pour accéder aux articles

Mon défi « 2016 en Trop-Top » et la sortie du livre « Coudre le stretch » sont tombés à pic pour mon opération de déstockage et m’ont permis de réaliser plein de nouveaux modèles !

Pour le moment, je n’ai plus de chutes de jersey mais je compte bien poursuivre mon opération de déstockage !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Elouen le dos-nu !

Voici ma 7ème et dernière cousette de mon opération déstockage de jersey ! Elle a été réalisée avec la chute de jersey de mon Plantain bleu à fleurs et à pois soit un coupon de 0,90 m de haut sur 1,25 m de large.

Au départ, j’avais prévu cette chute pour confectionner le haut d’ une robe bi-colore mais je n’ai pas réussi à trouver un tissu pour faire le bas, j’ai donc abandonné cette idée de petite robe printanière et opté pour un tee-shirt.

J’ai donc feuilleté le livre « Coudre le stretch » de Marie Poisson afin de trouver le modèle qui rentrerait dans cette chute et si possible un que je n’avais pas encore réalisé, sachant que j’avais déjà cousu 4 des 6 tee-shirts du livres (Yvonne, Lucette, Gabriel, Erell 1 et Erell 2) ! Elouen remplissait le cahier des charges, c’est donc lui qui a été choisi.

Il s’agit d’un tee-shirt dos-nu avec 2 bretelles façon maillot de bain qui se nouent dans le cou. Attention, ce type de bretelles nécessite un soutien-gorge sans bretelles ou qui se nouent dans le dos !  Le corsage est entièrement doublé, sa base (basque + ceinture) est la même que le cache-cœur Lucette. Elouen peut se réaliser en 4 longueurs différentes, avec l’une des 3 basques proposées et 2 empiècements poitrine différents soit 24 possibilités. Pour ma part, j’ai choisi la basque droite la plus courte et l’empiècement poitrine en V plus féminin à mon goût.

Pas de difficultés particulières sur ce modèle qui se coud rapidement hormis l’assemblage de l’empiècement poitrine avec  les côtés devant qui malgré le dessin technique ne va pas forcément de soi !

Vu le temps automnal depuis le début du mois d’août, je ne suis pas sûre de le porter cet été car les épaules dénudées et le dos-nu nécessitent un fort ensoleillement et des températures estivales. Mais je compte bien le porter et le reporter l’été 2018 !

Place aux photos :

Deux versions pour un même tissu : Plantain (version initiale) et Elouen (version déstockage) !

Ainsi ce termine mon opération déstockage de jersey qui méritera bien un petit article bilan ! A suivre…

Patron : Dos-nu « Elouen » issu du livre « Coudre le stretch » de Marie Poisson aux Editions La Plage – Taille 40 (du 34 au 52) – Marges de couture de 0.7 cm incluses.

Fourniture : Jersey à fleurs et à pois (Eurotissu)

Édit : petit bonheur surprise en trouvant mon projet dans les projets « populaires cette semaine » sur Thread and Needles ce matin ! 😊

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer